Bnlin.fr

frnlendeitptrues

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99 | 100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124 | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182

Visiteurs depuis Avril 2005

All 1361820

Currently are 5 guests and no members online

Kubik-Rubik Joomla! Extensions

Dans un avenir très proche, la planête rouge nous révèlera tous ses secrets....

MAJ du 27 mai 2019: La NASA a découvert une énorme quantité d'eau sur mars.

source: https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201905261041238835-un-reservoir-deau-gelee-pouvant-submerger-toute-la-planete-decouvert-sur-mars-par-la-nasa/

 Les scientifiques de la NASA ont découvert un gigantesque réservoir d'eau gelée sous la calotte glaciaire polaire nord de Mars en utilisant un radar à pénétration de sol (RPS).

Une région du nord de Mars, à environ deux kilomètres sous le pôle martien, dissimule plusieurs couches de glace mélangée à du sable, rapporte la NASA.

Il pourrait s’agir du troisième plus grand réservoir d'eau de la planète rouge, précisent les chercheurs. Selon eux, un appareil appelé Shallow Radar ou SHARAD a rendu ces observations possibles. Le dispositif est installé sur la sonde Mars Reconnaissance Orbiter de la NASA.

D’après les observations, il existe différentes couches de dalles horizontales de glace et de sable, intercalées les unes sur les autres, dont 61 à 88% sont composées de glace. La présence et le volume de ces couches de glace augmentent en se rapprochant du pôle Nord. La quantité de glace accumulée dans la région est suffisante pour submerger la planète toute entière si la glace était fondue et ramenée à la surface, spécule la NASA.

Comme la Terre, Mars a également connu plusieurs périodes glaciaires. Le sable a recouvert la glace pendant les périodes chaudes les protégeant du soleil et a ainsi empêché la planète rouge de perdre toute l’eau par évaporation, suggèrent les scientifiques.

SHARAD a déjà été utilisé pour confirmer la présence de glaciers dans les latitudes moyennes de Mars. Il a été constaté que ces glaciers étaient presque entièrement constitués de glace d’eau, mais qu’ils sont inaccessibles en raison des irrégularités de la surface.

Déjà, en 2018, une équipe internationale d'astronomes avait découvert un vaste lac souterrain, pour la première fois sur la planète rouge. Situé sous une couche de glace, le lac fait environ 20km de large.(source: https://www.cite-espace.com/actualites-spatiales/mars-lac-2018/)

Des ravines se fraient un chemin vers le cratère de Hale.Février-2019: C’est Mars Express qui a relayé l’information : des preuves géologiques d’un système d’anciens lacs interconnectés profondément enfouis sous la surface de la planète ont été découverts. Une découverte exceptionnelle, qui rassemble les espoirs des chercheurs, car cinq de ces lacs pourraient contenir des minéraux essentiels au développement de la vie.

Selon l’auteur principal de l’étude, Francesco Salese, issu de l’Université d’Utrecht : « Au début, Mars était une planète majoritairement composée d’eau en sa surface, mais à cause du changement progressif du climat de la planète, cette eau s’est retirée sous la surface pour former des piscines et des bassins souterrains ». « Nous avons tenté d’étudier l’eau sur Mars, car son échelle et son rôle font l’objet de débats, et nous sommes tombés sur la première preuve géologique d’un système d’eau souterrain sur la planète rouge » a-t-il expliqué.

Pour arriver à cette conclusion, Salese et ses collègues ont exploré 24 cratères fermés situés dans l’hémisphère nord de Mars, ainsi que des sols situés à environ 4 000 mètres sous le niveau de la mer martienne. Ont été trouvées sur ces cratères des caractéristiques qui ne peuvent apparaître qu’en présence d’eau. De nombreux cratères présentent ainsi des profondeurs situées entre 4 000 et 4 500 mètres, prouvant ainsi, la présence il y plusieurs années de mares et de flux d’eau qui se modifiaient et se retiraient avec le temps.


Comment ces immenses bassins ont-ils évolué au fil du temps ?

Les particularités retrouvées dans les sols ont révélé que les souterrains de Mars contenaient des canaux gravés dans les murs des cratères, des vallées creusées dans lesquelles circulaient les eaux souterraines, des deltas incurvés résultant des variations du niveau de l’eau, des terrasses formées par les eaux stagnantes, et des dépôts de sédiments en forme d’éventail d’eau.

Le niveau de l’eau coïncide avec les rives supposées d’un des océans martien qui aurait existé sur Mars, il y trois ou quatre milliards d’années. Comme le souligne Gian Gabriele, co-auteur de l’étude et directeur de l’école internationale de recherche en sciences, « Nous pensons que cet océan a peut être été relié à un système de lacs souterrains qui s’étendent sur l’intégralité de la planète. Ces lacs auraient existé il ya environ 3,5 milliards d’années, ils pourraient donc être les contemporains d’un océan martien. »


Pourquoi la possibilité d’une découverte d’eau sur Mars est-elle si importante ?

La fascination des scientifiques pour l’eau à la surface de la planète rouge n’est pas nouvelle : elle est intimement liée à la question de la présence de la vie sur Mars. Pour ExoMars, entre prise conjointe de l’ESA et de Roscosmos, l’importance de telles missions et l’exploration de tels sites est donc essentielle, car elles pourraient révéler des conditions propices au développement d’une vie passée.

En effet, l’équipe de chercheurs a également repéré des traces de minéraux ayant participé au développement de la vie sur Terre : il s’agit de l’argile, de carbonates et de silicates divers. Un bon indicateur qui renforce l’idée que la planète Mars au peut être déjà eu les les ressources nécessaires pour accueillir la vie. Comme l’explique Dmitri Titov, scientifique du projet Mars Express de l’ESA, Des découverte comme celles ci sont extrêmement importantes car elles nous aident à identifier les régions les plus prometteuses pour retrouver les signes de la vie passée. »