Bnlin.fr

frnlendeitptrues

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99 | 100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124 | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179

Visiteurs depuis Avril 2005

All 1350891

Currently are 17 guests and no members online

Kubik-Rubik Joomla! Extensions

Bonjour, en ce mois de février 2019, j'ai été obligé de retravailler la base de données du site. Pour tous ceux qui s'étaient inscrits et qui recevaient la newletter: vous devez vous réinscrire par le menu principal puis enregistrement. Pour ceux dont j'ai réussi à garder les coordonnées, vous recevrez un mail comme qui vous êtes réinscrits, zorgvous n'avez rien à faire...

Désolé pour ce désagrément mais le site avait été pollué par des vendeurs de pilules miracles et de crédits...

Bonne lecture.

 

 

Avec toutes les missions de photographies haute résolution de la lune, CLEMENTINE, LRO etc.. Nous n'avons , de la NASA? que de pauvres photos basse résolution en noir et blanc? PRATIQUEMENT AUCUNE PHOTO DE LA FACE CACHEE, juste quelques cliché mal retouchés comme celui-ci:

image clementineLa controverse entoure la Lune depuis très longtemps, nous avons des fuites, des recherches et des informations provenant de sources très crédibles qui, depuis des décennies, répètent au public que notre Lune n’est pas ce que nous pensons, et qu’il y a aussi une sorte de présence extraterrestre sur la Lune.

Un exemple serait le témoignage du colonel Ross Dedrickson, qui était responsable de la gestion de l’inventaire des stocks d’armes nucléaires des États-Unis. Il avait passé un long séjour à la Commission américaine de l’énergie atomique. Peu de temps avant son décès, Dedrickson a déclaré au monde que les États-Unis avaient tenté de faire exploser des armes atomiques sur la Lune à des fins scientifiques, de mesures, etc., et que ce projet avait été stoppé par des extraterrestres qui ne nous permettaient pas de faire exploser d’armes nucléaires dans l’espace. C’étaient des commentaires intéressants, car il fait partie des centaines de militaires de haut rang qui ont fait allusion à de telles choses, et nous avons également un rapport déclassifié du Centre des armes nucléaires de la Force aérienne datant de juin 1959 qui montre à quel point ils envisageaient ce plan avec sérieux. , le rapport s’appelle Projet A119.

Nous savons pertinemment que les États-Unis voulaient enquêter sur la capacité des armes dans l’espace et, s’ils le faisaient, nous savons aussi qu’on ne nous le dira jamais, comme le font les tests qui ont lieu ici sur la planète Terre.

Nous avons ensuite des "remote viewers" (vision à distance) qui ont vu d’étranges structures et créatures humanoïdes sur la Lune, comme Ingo Swann (de son livre intitulé Penetration) , par exemple. Il n’a pas été le seul à participer au programme.  Le Dr Paul Smith , un ancien retraité de l’armée qui a passé une décennie dans ce programme,a déclaré qu’un phénomène étrange se produisait sur la Lune. Beaucoup de participants à ce programme ont confirmé une présence extraterrestre.

Plusieurs lanceurs d’alerte ont également parlé d’étranges structures sur la Lune, et il est devenu tellement évident que certains académiciens essaient de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour attirer l’attention sur eux. Par exemple, un article récemment publié dans le Journal of Space Exploration sur certaines caractéristiques de la face cachée de la Lune apparaissant dans le cratère Paracelsus C. Intitulé «Analyse d’images de structures inhabituelles de la face cachée de la Lune dans le cratère Paracelsus C , ” Soutient que ces caractéristiques pourraient être d’origine artificielle, c’est-à-dire qu’une personne autre qu’un être humain les a construites et les a mises là....

Le Dr Horace Crater, physicien de l’Institut spatial de l’Université du Tennessee, vient de publier un article dans The Journal of Space Exploration qui, avec les images de la NASA Viking, suggère «fortement les interventions artificielles sur des surfaces artificielles».

La liste est longue et l’idée que quelqu’un d’autre soit sur la Lune n’est pas nouvelle, même le directeur adjoint de la Mission Clémentine sur la Lune en 1995 a déclaré qu’il s’agissait en réalité d’une mission de reconnaissance photographique visant à vérifier les structures situées de l’autre côté , non visible de la lune, qui n’a pas été mis là par les humains.... A suivre.

Le point Nemo, vous connaissez ? Ce point géographique, en plein Pacifique Sud, se situe par 48°52 Sud et 123°23 Ouest. Il est, sur notre planète, le point des océans le plus éloigné de toutes terres émergées. Isolé, solitaire, loin de tout, en tout cas loin des hommes - d’où son nom, en hommage au capitaine du Nautilus imaginé par Jules Verne.

cimetiere« Le point Nemo se trouve au large des côtes de l’Antarctique, de la Nouvelle-Zélande, des îles Piticairn et du Chili », explique Stijn Lemmens du Bureau des débris spatiaux de l’ESA (Agence spatiale européenne) à Darmstadt.
Une zone perdue, mais fort utile

Cet endroit perdu au milieu du Pacifique, appelé aussi « pôle d’inaccessibilité », est distant de 2 688 km de la première terre émergée, l’île Ducie, qui est de toute façon un atoll inhabité.

« C’est plutôt une zone qu’un point », corrige Florent Deleflie, astronome de l’Observatoire de Paris. « Et comme cette zone est très large, elle est la plus propice à l’accueil de vaisseaux spatiaux en fin de vie » ajoute l’astronome.

Ce point Nemo, c’est aussi le « cimetière » des satellites et des vaisseaux hors d’usage que les scientifiques font redescendre sur Terre. Car si la station spatiale chinoise était hors de contrôle avant sa chute sur Terre, l’immense majorité des bolides spatiaux, eux, restent manœuvrables depuis la Terre.

Les scientifiques peuvent ainsi maîtriser leur chute. Et ils choisissent généralement de les emmener jusqu’au point Nemo, dans l’immensité liquide du pacifique Sud. D’autant que, précise Florent Deleflie, « même en cas de chute contrôlée, il reste une incertitude sur le point de rentrée dans l’atmosphère de l’engin ». Autant viser une zone large et inhabitée, donc.
Près de 300 engins spatiaux reposent là

Pas d’humains, d’accord. Mais qu’en est-il des autres formes de vie ? « C’est un lieu qui semble héberger peu de faune et de flore », souligne Stijn Lemmens. « Il est donc utilisé comme décharge, ou "cimetière spatial" pour employer un terme plus poli ».

Ce cimetière a déjà accueilli 250 à 300 engins spatiaux en fin de vie. Le plus célèbre restant, à ce jour, la station spatiale soviétique Mir de 120 tonnes.

« Aujourd’hui, on l’utilise souvent pour les vaisseaux cargo Progress qui ravitaillent la Station spatiale internationale (ISS) », explique Stijn Lemmens. L’énorme station internationale doit d’ailleurs, elle aussi, finir ses jours au Point Nemo, en 2024.

Mais même si la zone est particulièrement déserte, quand un engin spatial va engager sa chute vers le cimetière, « le trafic aérien est prévenu, la navigation maritime également »...

À Nazca, au Pérou, se trouvent de célèbres dessins au sol de créatures et de lignes. Ces dessins couvrent 82 kilomètres. Ils furent dessinés par des Indiens entre 200 av. J.-C. et 700 apr. J.-C. Mais certains pensent que ces dessins ont été créés par des aliens. Des adeptes des OVNI affirment que certaines des très longues lignes au sol représentent une piste d’atterrissage d’extraterrestres. En fait, il a été prouvé que les « pistes d’atterrissage » ne sont que le résultat d’une construction humaine faite par d’anciens Indiens. Ceci est vrai aussi pour les dessins de créatures.

nazca1Le chercheur Joe Nickell, de l’Université du Kentucky, a reproduit les mêmes dessins que l’on trouve sur le sol de Nazca, au Pérou, réalisé par des Indiens. Sans aucune aide aérienne, et en utilisant seulement la technologie disponible à l’époque des Indiens Nazca, Joe a réussi à reproduire le même genre de dessins au sol. Avec des technologies simples, une petite équipe peut recréer, en quelques jours, même les plus grands dessins réalisés par les Indiens. Mais aussi, contrairement à ce que prétendent certains commentateurs, les formes qui se trouvent à Nazca peuvent être observées du sol. Elles peuvent être aperçues du haut des collines environnantes.

Pour ma part, ayant été contrôleur aérien depuis 1976, il ne fait pas de dout e que ces lignes sont un aéroport, avec ses taxiways et sa piste secondaire.