Banlin.fr

frzh-CNnlendeelitjaptrues

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99 | 100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124 | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170

Previous ◁ | ▷ Next

Briefing du président REAGAN 6 au 8 Mars 1981

Victor Martinez, dans ce qu'il nomme les Messages #27 et #27a publié les transcriptions d'une partie des séances de briefing enregistrées sur cassettes, du 6 au 8 mars 1981 et du 9 au 12 octobre de la même année, dans sa retraite de Camp David, Maryland.
Le contenu de ces 54 cassettes de 60 et 90 minutes avait été transcrit, à la demande du Président par un assistant de la CIA dument habilité."Des personnels de la DIA et du Département de la Défense ont eu accès à ces cassettes parce que certains de ces enregistrements traitent d'une menace aliène d'une race aliène particulière censuré , et concernent donc directement la Défense. POURQUOI : il y a deux raisons qui justifient la diffusion de cette information :
1) Comme dans le cas de la divulgation du "Projet SERPO", 25 ans se sont écoulés et la classification pourrait légalement être remise en cause.
2) 2) De nombreux autres pays ont mis en ligne leurs rapports de manifestations d'Ovnis, le Canada, la Grande-Bretagne, en Amérique Latine, ce qui a eu pour effet de relacher quelque peu les tensions au sein de la communauté du renseignement US.
Je suis bien conscient que la lecture des éléments biographiques pourra paraître superflue, cependant je vous conjure de prendre le temps nécessaire pour bien comprendre la tournure d'esprit du Président Reagan (et ça m'a pris environ 80 heures pour tout mettre en place). Il aimait plaisanter, et vous en aurez un aperçu en lisant les compte-rendus.

reagan
J'ai eu la surprise de voir apparaître en clair les noms des huit participants à ces rencontres, et j'ai même l'identité du transcripteur de la CIA. Il est toujours en vie, de même que cinq des huit interlocuteurs; j'ai donc pris sur moi de gommer les noms et de les remplacer par "Conseiller #1" - "Conseiller #4."
Le cinquième individu est surnommé "The CARETAKER." Je ne veux pas être responsable d'un harcèlement envers ces personnes.J'adresse également ces documents aux plus hauts responsables de l'actuelle administration, des agences de Renseignement, à des membres du MI5, MI6, du KGB, et à la Maison-Blanche."
Enregistrement des entretiens confidentiels qui ont eu lieu à Camp David, Maryland. Briefing du Président Ronald Reagan au sujet des Ovnis et des visites extraterrestres sur Terre. Entre le 6 et le 8 mars 1981.
William Casey : Bonjour Mr le Président. Ainsi que nous en avons parlé en Février, ce briefing présente des informations surprenantes et très hautement classifiées. Je ne suis pas certain... oh, well, ce n'est pas à moi de décider qui doit être dans cette pièce. La décision vous appartient, Mr le Président.
Nous avons un menu assez chargé, nous devrons évoquer de nombreux évènements passés, mais je pense que vous apprécierez une présentation chronologique. Je suis certain, Mr le Président, que vous aurez beaucoup de questions à poser. Toutes les questions qui m'ont été posées par le Conseiller #2 seront abordées durant ce briefing. J'ai demandé au Chargé de Mission de conduire ce briefing.
Il est employé sous contrat à la CIA et c'est lui qui détient toute cette information. Est-ce que nous sommes au complet ?
Président : C'est à vous de voir, Bill. Je suppose que tout le monde ici dispose des accréditations nécessaires, n'est-ce pas ?
WM Casey : Well, tout le monde est là, mais comme vous allez le voir, Mr le Président, ce matériel est de très haut niveau. Il est classifié ATS ("Above Top Secret)." Il a sa propre classification et ses codes particuliers. Il est rangé dans un coffre spécial, nous avons des imprimantes et des copieurs spécialement dédiés. Tout est imprimé sur des papiers spéciaux et rangé dans des chemises appropriées. Le Chargé de Mission a pris toutes les précautions nécessaires pour s'assurer que ce matériel ne risque pas de fuiter ou d'être recopié par des personnes qui ne seraient pas habilitées.Un groupe spécial est affecté à la préservation de ce matériel. Le Chargé de Mission est chargé de préserver cette information et tout ce qui va avec. Je préfèrerais, Mr le Président, que vous décidiez qui doit être présent. Nous devons avoir présent à l'esprit que ce matériel est un secret très bien gardé. Bien que des éléments de cette histoire aient circulé depuis pas mal d'années, très peu de faits réels sont vraiment connus du public. Il y a bien eu quelques fuites sauvages, mais bon nombre ont été discréditées.
Président : OK, Bill, je pense que nous devons avoir ici le Conseiller #1, vous-même, le Conseiller #3 et Caspar également. Je pense que le Conseiller #2 ainsi que Michael peuvent nous quitter.
Conseiller #2 : Mr le Président, excusez-moi, mais je ne tiens pas à connaître cette information. Vous comprenez, ça me laisse la possibilité de nier que ça existe, et d'être crédible.Michael Deaver : Mr le Président, je ferai comme vous le souhaitez. C'est surement un sujet intéressant, mais est-ce que je dois en avoir connaisance ? Je ne le pense pas.
Président : OK, je pense que ça vaut le coup.
WM Casey : Merci Mr le Président. Je passe la parole au Chargé de Mission. Conseiller #3 : Mr le Président, et Mr le Directeur, j'ai déjà eu droit à ce briefing.Je peux rester ou vous quitter. Le Secrétaire Weinberger et moi avons été briefés il y a quelques semaines.
Secrétaire Weinberger : Mr le Président, comme vous le savez, nous n'en avons pas terminé de ce problème avec les soviétiques à Berlin. Je pense que nous devrions nous concentrer là-dessus. Le Conseiller #3 et moi-même allons vous laisser parler de ça entre vous.
Président : OK, Casp, je pense que vous et le Conseiller #3 pouvez partir. Merci d'être venus.WM Casey :
OK, Mr le Président, nous serons en petit comité. Je pense que c'est une bonne chose. Président : OK, je suis impatient de vous écouter. Allons-y.
Le Chargé de Mission : Bonjour, Mr le Président. Pour commencer, je voudrais vous informer sur ma formation. Si vous avez des questions pendant ce briefing, n'hésitez pas à m'interrompre. Je suis employé par la CIA depuis 31 ans. J'ai été en charge de ce projet depuis 1960. Cette information est traitée par notre groupe spécialement formé qu'on appelle le "Groupe 6".
Président : Bonjour, j'espère, ou du moins je crois bien que j'aurai des questions à vous poser. Bill m'a déjà briefé en Janvier, mais je ne suis pas sûr ... huh ... Bon, est-ce qu'il m'a donné tous les détails, non, surement pas ... huh ... OK, Bill n'a surement pas eu le temps de tout me raconter, parce que nous n'avions qu'une heure devant nous..
.WM Casey: Mr le Président, je vous avais seulement donné un aperçu sur le NSDD (National Security Decision Directives), que nous voulons intégrer dans le processus global
de décisions sur ce sujet. Le Conseiller #3, Caspar et moi-même avons maintenant bien d'autres détails à vous communiquer que ce dont je disposais en Janvier. L'administration précédente n'était pas trop pressée de nous livrer ce qu'elle savait pendant les briefings de Novembre et Décembre.
Président : Bon, je connaissais un peu le sujet. Ca remonte à 1970. Nixon était très au courant, et il souhaitait partager ce savoir avec quelques amis. Nixon m'a montré quelques papiers. Je ne sais pas de qui il tenait ça, mais ... huh ... il était question du Nouveau Mexique, et d'autres endroits. Nixon... huh ... il était fasciné par ces affaires.Il m'a montré quelquechose, une sorte d'objet ou un mécanisme qui provenait de l'un de leurs engins. Ca venait du lieu du crash au Nouveau Mexique.Je me demande si ... huh ... Est-ce que nous savons ce que c'était ? A l'époque on n'était pas très sûrs, mais maintenant, ça fait onze ans... On devrait savoir.
Le Chargé de Mission : Mr le Président, je peux répondre à certaines de ces questions. Est-ce que je dois commencer ?
Président : Oh, c'est-à-dire... A quel niveau ça se situe ? Comment on appellait ça ? Je ne m'en souviens plus.
WM Casey : Mr le Président, c'était protégé par mot de passe. On dit que c'est codé Top Secret. Cette information est au-delà du Top Secret, comme je l'ai dit auparavant. Elle a sa propre classification. C'est très compartimenté.
Président : Bon, je pense que c'est un minimum. Est-ce que ça enregistre ?
Le Chargé de Mission : Non, Mr le Président, à moins que vous le souhaitiez.
WM Casey : Oui, ça enregistre. C'est une femme de la CIA qui s'en charge. Je pense que c'est nécessaire. Je ne veux pas que nous fassions d'erreurs que nous pourrions regretter ensuite. Le Conseiller #4 devrait rester avec nous, parce qu'il est un des Chargés de Missions sur cette information.
Président : Bon, je veux que nous évitions toutes les fuites possibles. Comme je ne sais pas de quoi nous allons parler ... huh ... oh, bon, Bill je pense que c'est à vous de décider. Le Conseiller #4 devrait rester. Je pense qu'il devrait ... huh ... oh, OK, bon, Bill, c'est vous qui décidez.WM Casey : OK, je pense que le Conseiller #4 va rester avec nous. Mais je pense que la femme de la CIA devrait rester également. Voilà ma décision.
Président : OK, je pense qu'on devrait se préparer, laissez-moi quelques minutes. Le temps de se restaurer un peu, ou bien quelques snacks. Combien de temps ... huh ... oh, environ une heure ?
Le Chargé de Mission : Mr le Président, je pense que nous en avons pour une heure, au moins pour la première partie. C'est un sujet très complexe à aborder. Je peux le faire en une heure, mais ça peut durer plus longtemps selon les questions qui viendront ensuite. Président : OK, je vois. Faisons un break.Le Chargé de Mission : OK, Mr le Président, est-ce que nous sommes prêts ?
Le Président : Oui, allons-y
Le Chargé de Mission : Mr le Président, ainsi que je l'ai évoqué plus tôt, je rappelle que ce briefing relève de la plus haute classification dans l'administration américaine. Je vais
commencer par une série de diapositives. L'essentiel de ce briefing est sur des diapos, mais j'ai prévu un sommaire écrit pour chacun des participants.
Le Président : Oh, OK, est-ce que nous allons ... on peut suivre sur le papier ?
Le Chargé de Mission : Oui, Mr le Président, vous pouvez suivre sur le papier qui est devant vous.
Le Président : Merci.
Le Chargé de Mission : Les Etats-Unis d'Amérique ont été visités par des visiteurs Extraterrestres depuis 1947. Nous en avons la preuve. Toutefois, nous avons également la preuve que la Terre a été visitée depuis des milliers d'années par différentes races d'Extraterrestres. Mr le Président, j'employerai désormais le terme ETs pour en parler. En Juillet 1947, un événement remarquable est survenu au Nouveau Mexique. Pendant un orage, deux vaisseaux ETs ont subi un crash. L'un au sud-ouest de Corona, Nouveau Mexique, et un autre près de Datil, Nouveau Mexique. L'Armée U.S. Army a fini par localiser les deux sites, et a récupéré tous les débris ainsi qu'un Alien survivant. Je le nommerai "EBE 1".
Le Président : Qu'est-ce que ça veut dire ? Avons-nous des codes ou une terminologie particulière pour ce sujet ?
Le Chargé de Mission : Mr le Président, EBE signifie "Entité Biologique Extraterrestre". C'est l'Armée qui à l'époque avait donné ce nom de code à cette créature. Elle n'était pas d'origine humaine, et il avait fallu inventer un terme pour en parler. Alors, les scientifiques avaient choisi EBE 1. Nous l'appellions également "Noah." La terminologie était différente selon les militaires et les services de renseignement à l'époque.
Le Président : Est-ce que nous en avons ou en avions d'autres ? Le chiffre "1" semble indiquer qu'il y en avait plusieurs.
Le Chargé de Mission : Oui, nous en avions d'autres. A cette époque, le terme était celui de EBE mais sans les chiffres. Nous allons vous expliquer comment nous avons eu connaissance des autres.
Le Président : OK, désolé, je me posais la question, mais je suppose que vous allez y venir. Continuez..
.Le Chargé de Mission : Tous les débris et les EBEs que nous avions récupéré du premier site de crash furent amenés au terrain militaire de Roswell, au Nouveau Mexique. EBE fut soigné pour quelques blessures superficielles, puis emmené aux Laboratoires de Los Alamos, ce qui était l'endroit le plus sécurisé au monde. Des aménagements spéciaux furent réalisés pour EBE. Les débris furent ensuite transférés à Dayton, Ohio, au siège de l'Air Force Foreign Technology Division. Le deuxième site fut seulement découvert par des ranchers en 1949. Il n'y avait aucun Alien en vie. L'épave fut transférée à la base militaire de Sandia à Albuquerque, Nouveau Mexique.
Le Président : OK, j'ai une question, concernant le premier site, il y avait combien d'aliens dans le vaisseau ?
Le Chargé de Mission : Cinq aliens morts et un survivant. Les corps des Aliens morts furent transportés à Wright Field, Ohio, et conservés dans des sortes de glacières. Ils furent ensuite transférés à Los Alamos où des containers spéciaux avaient été conçus pour empêcher qu'ils
se décomposent.Il y avait quatre Aliens morts sur le second site de crash. Leurs corps étaient dans un état de décomposition avancée. Ils avaient été exposés dans le désert pendant deux ans. Des animaux, et le temps, avaient fini de les dégrader. Leurs restes furent acheminés à la Base de Sandia, puis à Los Alamos. Nous avions établi que les deux vaisseaux étaient du même type, et les corps des aliens étaient identiques. Ils étaient exactement semblables. Ils avaient la même taille, le même poids, et les mêmes caractéristiques physiques. Vous voyez ici les photographies des aliens. (Pause)
Le Président : Pouvons-nous les ranger dans une catégorie ? Je veux dire, est-il possible ... disons, de les relier à quelquechose de terrestre ?
Le Chargé de Mission : Non, Mr le Président. Ils n'ont pas les caractéristiques des humains, sauf qu'ils ont des yeux, des oreilles, et une bouche. Leurs organes internes sont différents. Leur peau est différente, leurs yeux, leurs oreilles, et même leur système respiratoire est différent. Leur sans n'était pas rouge, et leur cerveau était entièrement différent de celui des humains. Nous ne pouvions les ranger dans aucune catégorie humaine. Ils avaient une peau et un système sanguin, mais leur peau différait totalement de la peau des humains. Leurs yeux comportaient deux sortes de paupières. Probablement parce que la luminosité était intense sur leur planète d'origine.
Le Président : Je vous devance peut-être un peu, mais savons-nous d'où ils venaient ? De Mars, de notre système solaire, ou d'ailleurs ?
Le Chargé de Mission : Oui, Mr le Président, nous savons d'où ils venaient. Je peux vous répondre maintenant, ou bien nous y viendrons dans le cours du briefing
.Le Président : Non, non, je vous en prie, continuez. Je peux attendre.
Le Chargé de Mission : Merci, Mr le Président. EBE est resté en vie jusqu'en 1952, puis il est mort. Nous avons appris beaucoup de lui. Bien que EBE n'ait pas été doté d'organes vocaux comme les humains, il lui était possible de communiquer grâce à une opération que les médecins militaires avaient pratiquée sur lui. EBE était extrêmement intelligent. Il avait appris l'anglais très rapidement, essentiellement à l'écoute des personnels militaires qui s'occupaient de lui et étaient chargés de sa sécurité.EBE était hébergé dans un endroit spécialement affecté à Los Alamos et sur la base de Sandia. Bien que de nombreux
médecins militaires, des scientifiques, et quelques civils sélectionnés aient été autorisés à l'examiner, EBE n'a jamais manifesté le moindre agacement. EBE nous a aidés à comprendre le fonctionnement de nombreux dispositifs retrouvés sur les lieux des crashes. EBE nous a montré comment les faire marcher, en particulier un appareil de communication. Il nous a expliqué le fonctionnement d'autres appareils.
Le Président : Excusez-moi, mais vous parlez de cette créature comme IL. Etait-il sexué ? Le Chargé de Mission : Je suis désolé, Mr le Président, oui, c'était un male. La race des EBEs se compose de males et de femelles.
Le Président : OK, merci. Continuez
Le Chargé de Mission : Merci, Mr le Président. EBE est mort de ce que les médecins militaires ont qualifié de causes naturelles. Je ne pense pas qu'on puisse se faire une idée précise de ce qui a causé sa mort. Bien que nous ayons eu cinq ans pour étudier EBE, nous n'avions pas de références médicales auxquelles comparer le corps d'EBE, selon des standards
habituels. Ce fut une grande perte de le voir mourir, parce qu'il représentait la plus importante étude que des humains pouvaient espérer réaliser. Un visiteur d'une autre planète... Un autre monde. EBE nous a expliqué où, dans l'univers, il se sitait. Ce système solaire se nomme Zeta Reticuli, et il se trouve à environ 40 années-lumière [38.42] de la Terre. La planète d'EBE appartenait à ce système.
Le Président : OK, où est-ce que cela se situe par rapport à ce que nous connaissons ?
Le Chargé de Mission : Bien, Mr le Président, l'étoile la plus proche de nous est à quatre années-lumière. Je peux vous montrer dans quelle constellation elle se trouve.
Le Président : Non, je ne connais pas bien l'astronomie. Je voulais seulement me faire une idée de la distance. Combien de temps a-t-il fallu à son vaisseau pour venir jusqu'ici ?
Le Chargé de Mission : Mr le Président, je peux vous répondre maintenant, ou ça peut faire l'objet d'un autre briefing. Comme l'a dit Mr Casey, c'est un sujet complexe, parce qu'il y a plusieurs niveaux de compartimentation. Ce briefing consiste simplement à vous informer d'une visite sur notre planète par une race aliène en particulier.
Le Président : Well ... huh ... qu'est-ce que je dois comprendre ... ce n'est pas un briefing complet ?
WM Casey : Mr le Président, nous devons aborder différents niveaux. Je ne voudrais pas qu'il y ait de confusion, et nous pourrions manquer de temps ce matin. Je crois comprendre que vous avez une journée assez chargée.
Le Président : En tant que Président des Etats-Unis, je dois TOUT SAVOIR, n'est-ce pas, ou bien n'est-ce pas le cas ? Si je participe à une séance de briefing, c'est bien pour vous me teniez au courant de TOUT ce qui se passe. Je pense que c'est plus important que d'autres choses prévues sur mon agenda. Mais je m'emporte. Veuillez poursuivre.
WM Casey : Non, non, Mr le Président, nous ne devons rien vous cacher. J'ai simplement voulu dire que nous devrions procéder par ordre. Mais c'est à vous de voir. Nous ne laisserons rien de côté.
Le Président: Conseiller #1, qu'en pensez-vous ? Etiez-vous déjà au courant ?
Conseiller #1 : Oui, Mr le Président, j'ai été briefé à plusieurs reprises sur le sujet. Comme l'a souligné le Directeur Casey, c'est un sujet vraiment très ardu. Il m'a fallu environ un an avant de bien comprendre ces questions. Ca comporte plusieurs domaines. Le crash initial, une période d'investigations, quelques tentatives de contact, la mise en place d'une opération de désinformation afin de protéger cette affaire, et il y a encore d'autres niveaux. Le Président : Oh, wow, je ne pensais pas que c'était aussi compliqué. Je débarque. J'ai une grande responsabilité envers les citoyens de cette nation, et je dois prendre des décisions fondée sur des informations précises que me communiquent mes Conseillers ... VOUS, CHACUN d'entre vous. Je vais vous laisser poursuivre. Vous allez procéder selon ce qui vous paraît le plus judicieux. Excusez mes interruptions, mais je suis intéressé au plus haut point par ce sujet, et j'attendrai pour poser des questions
.WM Casey : Mr le Président. Non, non, veuillez poser toutes les questions nécessaires. Vous êtes le Président. Nous ne sommes pas là pour débattre avec vous de la forme de cette présentation. Mais certains éléments sont CLASSIFIES à un si haut niveau que ce briefing ne
constitue que les éléments de base. Si vous avez une question qui relève d'un autre niveau, alors nous devrons nous ajuster selon ceux qui sont ici à nous écouter. Conseiller #1 : Mr le Président. Tout ce que nous savons des visites Aliènes sur la Terre est exposé dans 16 volumes reliés. Ils renferment des milliers de pages. Nous pouvons vous donner tout ce que vous attendez mais, comme l'a rappellé le Directeur Casey, nous devons nous conformer aux niveaux d'habilitation de tous ceux qui entendront ce que nous aurons à répondre.
Le Président : OK, je comprends. Dites-moi ce que je dois entendre, et je continuerai à poser des questions. Mais si vous pensez que je doive attendre un peu, faites-le moi savoir.
WM Casey : OK, Mr le Président. Je ne connais pas toute l'histoire. J'ai lu un dixième d'un seul des volumes, et j'ai moi-même des centaines de questions. Le Président : OK, poursuivons.
Le Chargé de Mission : Mr le Président, merci de ces réponses. Je répondrai à toutes vos questions, si je le peux. Mais si la question est d'un niveau plus élevé, alors le Directeur Casey prendra cette décision à ma place.
Le Président : Je vous comprends très bien, continuons.
Le Chargé de Mission : Il a fallu au vaisseau EBE neuf de nos mois pour franchir les 40 [38.42] années-lumière. Alors, ainsi que vous pouvez le comprendre, ça voudrait dire que l'engin EBE a voyagé plus vite que la vitesse de la lumière. C'est ici que ça devient assez technique. Leurs vaisseaux sont à même de passer dans des sortes de « tunnels dans l'espace » qui les amènent du point "A" au point "B" plus rapidement, sans avoir à voyager à la vitesse de la lumière. Je ne comprends pas tout à fait comment ils procèdent, mais plusieurs de nos scientifiques de haut niveau ont intégré ce concept.
Le Président : Well, l'aspect scientifique me dépasse. Est-ce que c'est un trou noir ?
Le Chargé de Mission : Mr le Président, c'est quelquechose de cet ordre, mais beaucoup plus compliqué.
Le Président : Est-ce qu'ils viennent ... non, laissez tomber, veuillez poursuivre. [inintelligible]
WM Casey : Mr le Président, je peux vous affirmer que nous savons comment ils procèdent, mais nous ne sommes pas en mesure d'en faire autant.
Le Président : OK. (plusieurs parlent en même temps)
Le Chargé de Mission : Un peu d'histoire. Le projet original, qui a commencé en 1947, se nommait le "Projet GLEEM." Ce programme comportait des tonnes d'informations qui avaient été rassemblées dès le début de nos enquêtes sur les Ovnis et les Identified Alien Craft, ou "IAC." Le projet avait été lancé dans les années 1950 tout d'abord par le Président Truman, puis relayé par le Président Eisenhower, sous le contrôle de la NSA. Le Président Truman avait mis en place un groupe de personnes à la tête de ce projet. Le groupe avait été nommé Majority 12 ou "MJ-12." En 1966, le nom du projet fut changé pour "Aquarius." Le projet était financé par des fonds secrets relatifs au budget de la communauté du renseignement. La récupération de ces vaisseaux aliens a conduit les Etats-Unis a monter un vaste programme d'enquête pour déterminer si ces aliens représentaient une menace directe envers notre Sécurité Nationale. Comme vous vous en souvenez peut-être, Mr le Président,
notre pays a ouvertement conduit des enquêtes sur les manifestations Ovnis, sous les noms des projets Grudge, Sign, et enfin Blue Book. La mission originale du programme de l'Air Force était de collecter et analyser tous les rapports de manifestations et tous les incidents impliquant des Ovnis, puis de déterminer si l'information pourrait être interprétée omme une menace envers la sécurité nationale des Etats-Unis. Une part de l'information fut utilisée en vue de faire progresser notre propre technologie spatiale, et nos propres projets dans l'espace. Environ 90% des quelques 12.000 rapports analysés par l'Air Force sous Blue Book furent considérés comme des canulars, des phénomènes aériens explicables, ou des objets astronomiques. Les 10% restants furent considérés comme des manifestations aliènes véritables et/ou des incidents. Cependant, toutes les manifestations d'Ovnis ni tous les incidents ne furent comptabilisés dans les programmes Grudge, Sign, et Blue Book.En 1953, le Projet Gleem a lancé sa propre enquête détaillée, et certaines manifestations furent enregistrées directement sous Gleem et non plus sous l'un des autres projets. Le projet Gleem, qui est devenu le "projet Aquarius" en 1966, était un système parallèle d'enregistrement pour les manifestations Ovnis et les incidents. Les rapports collectés sous le projet Aquarius étaient considérés comme de véritables manifestations de vaisseaux aliens ou des contacts avec des formes de vie aliènes. Nous avons récupéré deux vaisseaux aliens au Nouveau Mexique. Ils étaient tous les deux assez endommagés, mais nous avons pu les examiner. Les deux engins étaient considérés comme des merveilles de technologie par nos scientifiques. Cependant, les dispositifs opérationnels étaient si avancés que nos scientifiques ne parvenaient pas à les comprendre. Les deux vaisseaux furent entreposés dans un entrepôt sécurisé, à l'ouest du pays. Ces engins nous ont permis de recueillir une énorme quantité de données technologiques. Plusieurs enquêtes scientifiques indépendantes, à la demande de l'Air Force et de la CIA, ont été lancées pendant la période du "projet Blue Book".Le MJ-12 a décidé qu'officiellement l'Air Force devrait conclure ses enquêtes sur les manifestations Ovnis. Cette décision avait été prise pendant la réunion NPNN en 1966. La
raison était double. D'abord, les Etats-Unis avaient établi des communications avec les aliens
Le Président : Attendez OK ... well, Bill, non ... laissez tomber, veuillez poursuivre.
WM Casey : Mr le Président, le projet des communications est d'un niveau supérieur. Je préconise que nous poursuivions, et nous y viendrons s'il nous reste du temps.
Le Président : OK, c'est toi qui mène la barque, Bill.
Le Chargé de Mission : Les Etats-Unis étaient à peu près sûrs que l'exploration de la Terre par les aliens n'était pas agressive et non-hostile. Il avait également été établi que la présence des aliens ne menaçait pas directement la sécurité des Etats-Unis. Ensuite, le public commençait à réaliser que les Ovni sont une réalité. Le NSC s'est dit que le ressenti public pourrait conduire à une panique généralisée si nous commencions à divulguer tout ce que nous savions au sujet des Ovnis et de la visite des aliens. Nous étions engagés dans une opération de grande envergure à l'époque, et ça impliquait nos visiteurs aliens. Cette opération est classifiée à un niveau supérieur, et ce sera au Directeur Casey de déterminer si nous devons pouruivre ou reporter à plus tard.WM Casey : Nous allons laisser celà en attente. Je ne suis pas totalement informé à ce sujet, et j'aimerais en savoir davantage sur ce programme avant que nous commencions à briefer le Président. Conseiller #1: Je suis
d'accord avec le Directeur Casey. Cette partie du programme est d'une grande complexité, et il nous faudra toute une journée pour en venir à bout.
Le Président : OK, comme je l'ai déjà dit, c'est Bill qui est aux commandes.
Le Chargé de Mission : On avait pensé que le fait de révéler ces projets au public aurait mis en danger le futur programme spatial des Etats-Unis. La divulgation de ces secrets au sujet des Ovnis et de la présence aliène aurait également causé une panique parmi les leaders religieux à l'échelle mondiale. C'est pourquoi le MJ-12 a décidé qu'une étude scientifique indépendante du phénomène Ovni pourrait satisfaire la curiosité du public. L'étude officielle du phénomène Ovni qui permettrait de tirer les conclusions fut conduite par l'Université du Colorado, sous contrat avec l'Air Force. L'étude conclut que les données étaient insuffisantes pour permettre de dire que les Ovnis pouvaient menacer la sécurité des Etats-Unis. La conclusion finale satisfaisait le Gouvernement, et permettait à l'Air Force de se dégager officiellement du travail d'enquête sur les Ovnis.Après que l'Air Force ait officiellement refermé le "Blue Book" en Décembre 1969, le projet Aquarius a poursuivi l'opération sous le contrôle du NSC/MJ-12. Le NSC pensait que les enquêtes sur les manifestations Ovnis et les incidents devait être poursuivies en secret, à l'insu du public. Le raisonnement qui avait mené à cette décision était le suivant : Si l'Air Force poursuivait ses enquêtes sur les Ovnis, il se pouvait que des personnels sans habilitation de l'Air Force ou des civils du DOD risquent d'avoir connaissance de ce qui se passait dans le cadre du projet Aquarius.
Bien entendu, pour des raisons opérationnelles de sécurité, ça ne pouvait pas être toléré. Afin de poursuivre secrètement les enquêtes sur les manifestations Ovnis et les incidents, des enquêteurs de la CIA/DCE et du MJ-12 furent assignés à des unités militaires d'enquête qui avaient pour ordre d'enquêter sur toutes les manifestations et tous les incidents réels, UFO/IAC. Ces agents sont actuellement en opérations dans plusieurs endroits du territoire et au Canada. Tous leurs rapports sont filtrés soit directement ou
indirectement par le MJ-12. Ces agents collectent des rapports de manifestations UFO/IAC et des incidents qui se produisent à proximité ou sur des installations sensibles. De nombreuses manifestations Ovnis et des incidents se sont produits au-dessus de bases équipées d'armes nucléaires. L'intérêt des aliens pour nos armes nucléaires se conçoit, en raison des risques d'une guerre nucléaire sur Terre qui pourrait affecter l'espace. L'Air Force a pris des mesures pour sécuriser les armes nucléaires, et prévenir tout risque de vol par les aliens ou leur destruction. Le MJ-12 se montre confiant du fait que les aliens poursuivent leur exploration de notre système solaire dans des buts pacifiques. Toutefois, nous disposons d'informations, et ça se situe à un autre niveau, selon lesquelles il existe davantage qu'une espèce aliène en visite sur Terre
Le Président : Bien, ça représente déjà pas mal à digérer pour le moment. J'ai noté plusieurs questions. Faisons une pause.
Le Président : Je pense que nous pouvons continuer.
Le Chargé de Mission : Merci, Mr le Président. Je continue. Dans son rapport de 1976, le MJ-12 a estimé que la technologie aliène avait plusieurs milliers d'années d'avance sur la nôtre. Nos scientifiques ont spéculé que tant que notre technologie ne sera pas parvenue à un niveau équivalent à celui des aliens, nous ne serons pas en mesure d'intégrer l'immense quantité d'informations scientifiques que nous avons découvert dans le vaisseau aliens. Un tel
développement de notre technologie pourrait prendre plusieurs centaines d'années. Durant notre programme initial pour étudier le vaisseau alien, nous avons lancé plusieurs projets. Le premier projet, dès 1949, consistait à collecter et évaluer toute information médicale provenant de la créature aliène - EBE 1 et des corps retrouvés. Ce programme a consisté pour les médecins à examiner EBE 1, et il a permis à notre équipe de chercheurs d'obtenir quantité de réponses sur les théories de l'évolution. Le programme suivant, qui faisait partie du projet Gleem en 1954, a été dissocié en 1966. Sa mission était d'établir une communication avec les aliens. Ce projet a connu quelque succès, et nous en parlerons bientôt sur un autre niveau. Deux autres projets concernaient les tests en vol d'un vaisseau alien et le croisement technologique entre notre programme spatial et l'information que nous avions recueillie de EBE 1.
WM Casey : A présent, Mr le Président, nous pouvons passer aux questions qui relèvent d'un autre niveau. Qu'en pensez-vous ?
Le Président : Well, j'ai beaucoup de questions, alors je vais en poser quelques unes, puis nous passerons à la suite. Ma question concerne leur longévité. Quel est l'age de EBE 1? Le Chargé de Mission : Mr le Président, la civilisation aliène dont EBE fait partie est ce que nous appellons la Société Eben. Ce n'est pas une appellation qu'ils nous ont transmise; c'est le nom que nous lui avons donnée. Leur durée de vie se situe entre 350 et 400 ans, en années terrestres.
Le Président : Est-ce que le temps sur leur planète est le même que le nôtre ?
Le Chargé de Mission : Non, Mr le Président, le temps est très différent que la Planète Eben, que par ailleurs nous nommons SERPO. Leur journée fait environ 40 heures. Sa valeur est appréciée au mouvement de leurs deux soleils. Le système solaire où se trouve SERPO est binaire, c'est-à-dire qu'il y a deux soleils au lieu d'un, comme dans notre système solaire.
Le Président : Oh, well, votre réponse appelle d'autres questions. OK, si j'ai bien compris, leur planète a deux soleils. Est-ce que leur planète n'est pas très chaude ? Je pense que ça pourrait expliquer que leurs yeux aient deux paupières.
Le Chargé de Mission : Oui, Mr le Président. Leurs soleils ne se couchent jamais, contrairement au nôtre. La lumière est présente pendant toute leur journée, sauf quand leurs deux soleils se trouvent sur l'horizon pour un temps assez bref.
Le Président : A quoi ressemble la vie sur Serpico?
Le Chargé de Mission : Mr le Président, son nom est SERPO, ça s'épelle S-E-R-P-O. Je pense, Mr le Directeur, que ça fait partie de séances de briefing d'un autre niveau ....
WM Casey : Oui, Mr le Président, je pense que c'est prématuré d'aborder cette question maintenant. Nous disposons de toute l'information nécessaire sur la planète des visiteurs, mais ça devrait faire le sujet d'un autre briefing.
Le Président : OK, il y a tous ces niveaux. Il va falloir que je m'y fasse... Est-ce que toutes les informations classifiées comportent différents niveaux ?
WM Casey : C'est comme pour le briefing SIOP que vous avez eu en Janvier. Ca suppose différents niveaux d'habilitation, et....
Le Président : Non, Bill, ça j'ai compris. Je comprends bien les différents niveaux d'habilitation. Je veux parler des Soviétiques.. Qu'en est-il des opérations de renseignement que nous menons en Russie, si on compare les deux, cette information aliène et ça, est-ce que ça se situe sur le même niveau ?
WM Casey : Non, Mr le Président. Cette information se situe tout en haut, alors que nos opérations de renseignement en Russie se trouvent à un niveau parallèle, mais différent. Le Président : Comme des pommes et des oranges, OK, je vois. Je pense qu'il faudrait d'autres entretiens pour pouvoir tout expliquer. Parlez-moi du voyage de SERPO vers la Terre ?
Le Chargé de Mission : Well, Mr le Président, la distance de la Terre à SERPO est d'environ 40 années-lumière. Ils font le voyage en neuf de nos mois. Je ne suis pas un scientifique, mais comme je l'ai déjà dit, ils peuvent franchir de grandes distances par des tunnels d'ans l'epace. Ils semblent capables de plier la distance d'un point de l'espace à un autre. Cette façon de faire doit pouvoir être expliquée scientifiquement.
Le Président : OK, well, c'est très intéressant. Les lois de la physique sur leur planète sont-elles les mêmes que sur la nôtre ?
Le Chargé de Mission : Pas exactement. Il y aurait des lois un peu différentes, en particulier en ce qui concerne le mouvement de leur planète relativement à leurs deux soleils. Nos scientifiques ne parviennent pas à le comprendre, parce que ce n'est pas cohérent avec nos lois en physique.
Le Président : Est-ce qu'ils maîtrisent la puissance atomique, ou quelle est leur source d'énergie pour faire marcher ces engins ?
Le Chargé de Mission : Mr le Président, nous en savons très peu sur leur système de propulsion. Il y aurait deux systèmes de propulsion différents. L'un est utilisé dans notre atmosphère, et l'autre sert quand ils ont quitté notre atmosphère. Ca n'utilise pas l'énergie atomique. Leur système de propulsion produit des émissions de radiations assez faibles, mais rien qui représente un danger pour nous. Ce n'est pas comparable à nos radiations, mais nous en parlons comme de radiations parce que nous ne pouvons le comparer à rien d'autre.
Le Président : Est-ce que ces aliens ont visité d'autres endroits sur Terre ?
Le Chargé de Mission : A nouveau, Mr le Président, cette discussion devrait se situer à un autre niveau.
Le Président : Je commence à en avoir assez de cette réponse, mais je peux la comprendre.
WM Casey : Mr le Président, l'Union Soviétique a établi ses propres contacts avec ces aliens. Beaucoup de renseignements nous indiquent que les Soviets ont eu leur "Roswell", pour ainsi dire. Ils en savent à peu près autant que nous. Ils ont aussi récupéré des corps dans les années 50, mais nos renseignements indiquent que c'était une espèce différente d'aliens.
Le Président : OK, well, alors Bill, j'en retire une impression assez dérangeante. Etes-vous en train de me dire qu'il y a différentes races ou espèces, comme vous dites, qui visitent la Terre en même temps ?
WM Casey : Cette question est pour le Chargé de Mission.
Le Chargé de Mission : Oui, Mr le Président, mais j'hésite à vous expliquer pourquoi. Nous devrions avoir cette discussion à l'occasion d'une autre réunion.
Le Président : Répondez simplement à ma question sur le nombre d'espèces, sans renter dans les détails, parce que c'est sûrement sur un "autre niveau" comme on n'a cessé de me le répéter toute la matinée !
Le Chargé de Mission : Je suis désolé Mr le Président si je vous ai contrarié....
Le Président : Non, non, Chargé de Mission, ne le prenez pas comme ça. Je ne suis pas contrarié. Non, Vous êtes tous mes Conseillers. En tant que Président, je dois VOUS écouter et suivre VOS conseils. Je ne suis PAS contrarié. Pardonnez-moi si j'ai vous vous donner cette impression. Pouvez-vous me dire combien d'espèces différentes nous ont visités ?
Le Chargé de Mission : Mr le Directeur?
WM Casey : Allez-y, Chargé de Mission, répondez à la question du Président.
Le Chargé de Mission : Au moins cinq.Le Président : Sont-elles amicales ? Le Chargé de Mission : Mr le Directeur? WM Casey : Conseiller #1, souhaitez-vous intervenir à ce stade ?
Conseiller #1: Mr Président, il est très difficile de répondre à cette question. Il y a beaucoup de paramètres à intégrer pour évaluer la menace. Cependant, nous avons assez peu de renseignements sur quatre des cinq. Nous sommes très bien informés sur les Ebens ... euh... ils nous ont toujours donné ce que nous attendions ! Ils nous ont également aidés à comprendre les quatres autres espèces. J'ai bien peur d'avoir à dire, Mr le Président, et je vous prie de bien me comprendre,censuré
WM Casey : Mr le Président, est-ce que vous souhaitez que nous poursuivions sur ce sujet, ou bien préférez-vous que nous en parlions en privé, pour continuer la discussion ? Le Président : Pour l'amour du Christ, je suis le Président des Etats-Unis. Je dois savoir si nous sommes en danger, sous la menace d'une attaque venue de l'espace. Si vous avez quelquechose à dire concernant une menace venant d'une espèce aliène, alors je veux l'entendre.
WM Casey : Mr le Président, nous renseignements nous conduisent à penser que cette espèce précisément a enlevé des gens sur Terre. Ils ont conduit des recherches scientifiques et effectué des tests médicaux sur ces humains. Pour autant que nous le sachions, aucun humain n'a été tué. Mais, ainsi que le Conseiller #1 l'a expliqué, nous tenons nos renseignement des témoins, et nous n'avons pas complètement évalué cette information. Nous avons capturé l'un de ces aliens censuré Ici nous arrivons dans une zone très très sensible, Mr le Président. J'insiste pour que nous terminions ici cette discussion, et passions à d'autres questions si vous en avez, ensuite nous reviendrons sur ce sujet. Je pense que nous ne sommes pas prêts à vous fournir des réponses précises à ces questions sur ces aliens censuré
Le Président : OK, mais attendez-vous à me répondre dès que ce sera possible. Je veux tout savoir de ces créatures censuré, de sorte que ... ou, je veux dire que nous devrions commencer à élaborer des protocoles pour déterminer comment les aborder. Conseiller #1, est-ce que nous avons des plans tactiques offensifs ?
Conseiller #1: Oui, Mr le Président, nous avons des plans pour faire face à toutes les menaces potentielles contre notre pays.Le Président : S'il vous plait, n'oublions pas le reste du monde. censuré
Conseiller #1: Mr le Président, nous n'avons absolument aucune preuve que cette race aliène en particulier ait pour objectif d'attaquer les Etats-Unis d'Amérique ou la planète Terre.
Le Président : Je pense que nous nous sommes éloignés du sujet central. Mais je veux être informé de toutes les menaces. Ne me cachez rien ! Est-ce bien compris ?
WM Casey : Oui, Sir. Conseiller #1: Oui, Mr le Président. Nous ne vous cacherons jamais la moindre information sur une menace potentielle dirigée contre notre pays, ou contre le monde. Vous avez des briefings quotidiens des services de renseignement, et nous continuerons avec des mises à jour de ce briefing en évoquant toutes les menaces potentielles de cet ordre..
Le Président : OK, poursuivons. Combien d'autres présidents ont reçu ce briefing?
Le Chargé de Mission : Mr le Président, j'ai briefé le Président Nixon, Ford et vous. Le Président Carter n'a jamais eu droit au briefing complet. Et j'ignore pourquoi.
Le Président : Well, connaissant le type, venant de Géorgie, il n'aurait surement pas compris ! Mais c'est juste une mauvaise plaisanterie.... (on entend des rires dans la pièce)
.Conseiller#1 : Mr le Président, je peux vous donner quelques détails d'un incident qui s'est produit en Union Soviétique en 1970. WM Casey : C'est de ça dont vous voulez parler ? Conseiller #4 : Puis-je dire quelque chose, Mr le Directeur?
WM Casey : Allez-y, Conseiller #4, intervenez.
Conseiller #4 : Je pense que cet incident particulier à l'intérieur de l'Union soviétique donnera au Président un exemple de ce que le monde éprouve et éprouvera dans l'avenir. Nous n'avons aucun moyen d'empêcher des visiteurs du cosmos de venir vers la Terre et visiter notre planète. Quelques astronomes comprennent mal comment ces étrangers peuvent localiser la Terre. Nous sommes sur les bords extérieurs de notre galaxie. Notre soleil est une étoile parmi des centaines de milliers d'étoiles dans notre voisinage galactique. Mais les Ebens nous ont trouvés, ils ont trouvé la Terre. Et nous ne sommes pas le seul pays sur la Terre qui ait été visité par les Ebens. Maintenant, quant aux quatre autres espèces. Nous savons qu'ils nous ont visité dans le passé et nous visiteront dans l'avenir. Nous ressemblons à une boîte de Pétri dans l'univers. Nous sommes une planète richement diversifiée. Nous devons beaucoup intéresser des extraterrestres. Je suis sûr que d'autres formes de vie intelligentes dans l'univers ont été établi une sorte de communication entre les formes de vie sensibles. Peut-être ont-ils propagé l'information que cette Terre possède une vie intelligente. Peut-être est-ce la raison pour laquelle nous sommes visités. Revenons à ce que nous disait le Conseiller #1, quant à l'incident qui s'est produit en Union soviétique, Mr. le Président, il y a beaucoup de témoignages semblables dans le monde entier. Nous devons comprendre que les visiteurs peuvent librement explorer notre planète sans que nous y puissions quelque chose. Cependant, je crois personnellement que nous devons nous préparer au jour éventuel où une certaine forme de vie hostile décidera de conquérir notre planète.
Nous devons y être préparés. J'espère que vous comprenez pourquoi j'ai dit celà, Mr. le Président.
Le Président : Oui, en effet, le Conseiller #4 l'a très bien dit. Je suis d'accord avec vous. Je pense que tous ces témoignages ... bien, certains d'entre eux sont ... réels, je veux dire, nous sommes visités, aujourd'hui, maintenant, en ce moment même.
WM Casey : Oui, Mr le Président, nous le sommes Le Président : Bien, Conseiller #1, veuillez continuer, nous vous avons interrompu.
Conseiller #1: Bien, merci, Mr. le Président. Comme je le disais, en réalité une série d'incidents est survenue il y a environ une semaine. Nos stations de recueil des renseignements à l'intérieur et à l'extérieur de l'Union soviétique ont capté des transmissions vocales entre des pilotes de la Défense Aérienne soviétique et des contrôleurs au sol à propos d'un certain nombre d'ovnis qui étaient poursuivis par des pilotes soviétiques. L'incident a commencé en Sibérie centrale et s'est terminé en Mer Noire. Littéralement des milliers de Soviets ont observé l'ovni et au moins 20 pilotes de
chasse différents ont poursuivi l'ovni. Les Soviets ont essayé à deux reprises d'abattre l'ovni, mais en vain. C'est probablement la meilleure preuve que ces choses ont lieu au-dessus de l'Union soviétique. Nous pensons que cet ovni était piloté par des censuré. Nous les appelons censuréparce qu'ils ont tendance à se poser, enlever des gens, mener des expériences sur eux et ensuite les relacher. Leur vaisseaux spatiaux sont de conception différente de ceux des Ebens.
Le Président : Attendez une minute, Conseiller #1, vous êtes en train de me dire que nous avons un de leurs vaisseaux spatiaux ? Ou bien dites-vous que nous avons des preuves concernant leurs vaisseaux spatiaux ?
Conseiller #1: Mr. le Président, nous avons des photographies de leurs vaisseaux. Celà devient un peu compliqué parce qu'une partie de nos renseignements proviennent des Ebens.
Le Président : Vous voulez dire des E.B.E ? (E.B.E = Entité Biologique Extraterrestre) Conseiller #1: Oui, mais d'autres sources d'information en rapport avec les Ebens.
WM Casey : Mr le Président, nous allons employer à nouveau ces mots que vous n'aimez pas entendre... ça se situe à des "niveaux supérieurs", si vous me comprenez.
Le Président : Non, eh bien, non ... oh ... bien ... terminons juste ce briefing d'abord. Nous pourrons en venir aux niveaux supérieurs plus tard.
Conseiller #1: Pour résumer, nous connaissons la différence entre un vaisseau spatial Eben et un vaisseau spatial des étrangers censuré.
Le Président : Avez-vous ... heu ... le nom de ceux-là, je veux dire des censuré ?
Le Chargé de Mission : Puis-je vous interrompre, Mr le Président? WM Casey : Attendez, bien, je suppose que nous pouvons continuer. Le Président : Bien, euh... (Trop de personnes parlant à la fois; plusieurs conversations incompréhensibles).
Le Chargé de Mission : Bien.... (Plusieurs phrases incompréhensibles).
WM Casey : Oui, Chargé de Mission, allez-y. Le Président : Non, je ne voulais pas interrompre.. Le Chargé de Mission : Merci, Mr le Président. Nous désignons les étrangers censuré Le MJ-12 leur a attribué ce code dans les années 50.
WM Casey : Bien, nous avons ouvert la boîte donc disons juste au Président ce que nous savons des autres.
Conseiller #1: Les noms ? Quoi ? (Plusieurs phrases incompréhensibles).Bien, eh bien, d'ordre technique ? Ou quoi ?
WM Casey : (incompréhensible), bien, (incompréhensible), Bien, je suppose que c'est d'ordre technique.
Le Président : Vous êtes en train de dire que ces censuré nous ont rendu visite et qu'ils ont enlevé certains de nos habitants depuis les années 50 ? Le Chargé de Mission : Mr. le
Président, oui, eh bien, ils sont dans les parages depuis cette époque, Directeur Casey.... WM Casey : Mr. le Président, nous avons certaines indications qu'ils pourraient l'avoir fait pendant quelque temps. Mais nous devons vraiment considérer toutes les preuves, qui sont énumérées dans nos rapports, et les comparer au peu d'information disponible publiquement. Il y a toujours des gens pour exagérer et raconter n'importe quoi, des récits que nous devons comparer aux cas réels de ceux qui ont été enlevés et soumis aux expériences. Nous devons faire le tri et rejeter certains témoignages, considérer les preuves réelles d'enlèvements. Mais nous pouvons être sûrs que les Ebens ne l'ont jamais fait. Ils sont extrêmement paisibles et ne causeraient aucun tort à âme qui vive, y compris les animaux.
Conseiller #1 : Je suggère que nous avancions et donnions au Président l'information qui les concerne.
Conseiller #4 : D'accord.
WM Casey : OK, Chargé de Mission donnez les noms au Président.
Le Chargé de Mission : Les noms, les noms techniques?
WM Casey : Oui, OK, (incompréhensible) à propos des (incompréhensible). Je peux vivre avec ça, mais nous devons être réellement sûrs que ces informations restent confidentielles. Nous ne pouvons tolérer aucune fuite (incompréhensible) à partir de (incompréhensible).
Le Chargé de Mission : bien, merci. Mr. le Président, les cinq espèces sont nommées les Ebens, les Archquloïds, les Quadloïds, les Heplaloïds et les Trantaloïds.
Ces noms ont été donnés à l'espèce aliène par la communauté du renseignement, spécifiquement par le MJ-5. Les Ebens sont amicaux; les Trantaloïds censuré
Le Président : Mon Dieu, le simple fait de savoir que nous avons des noms pour ces choses est étonnant. Lequel avons-nous capturé ? WM Casey : Mr. le Président, nous avions un Trantaloïd, mais il est mort. Nous l'avons capturé en 1961 au Canada et nous l'avions en captivité jusqu'à 1962, puis il est mort. Nous vous montrerons une photographie... Chargé de Mission ?
Le Chargé de Mission : Mr le Directeur, je n'en n'ai pas avec moi. Mais, je vous l'obtiendrai et vous la ferai envoyer par courrier express.
WM Casey : Mr. le Président, nous pourrons vous la fournir pendant notre réunion suivante à ce sujet.
Le Président : OK.
WM Casey : (incompréhensible) ... la partie de l'histoire ou (incompréhensible), mais on peut revoir le cas..
Le Président : OK, continuons.
Le Chargé de Mission : Mr. le Président, pour revenir à ma présentation, toutes les informations que nous avons rassemblées sont stockées sans risque à un certain nombre d'emplacements.
Le Président : Ne me dîtes pas où, je ne veux pas connaître ces emplacements spécifiques. Je vous en laisse la responsabilité, ça à vous et à ceux qui sont chargés de l'archivage. Je ne veux pas être dans une position de connaître ce ... peut-être plus tard.
Le Chargé de Mission : bien, Mr. le Président, je vous en parlerai sommairement. Je veux juste vous assurer que toutes les informations sont sécurisées en certains emplacements, y compris les dispositifs et l'engin volant que nous possédons.
Le Président : puis-je supposer qu'un de ces endroits est localisé en Californie ?
Le Chargé de Mission : certains des éléments sont testés à Livermore et volent autour d'Edwards, mais ils sont gardés au Nevada.
Le Président : bien, oui, je pense que j'ai été mis au courant sur des installations militaires sensibles dernièrement en février ... à l'ouest de Las Vegas, je suppose.
Le Chargé de Mission : oui, Mr. le Président. Nous l'appelons le Complexe de Grom Lake.
Le Président : OK on m'en a parlé. C'est le même endroit ou nous avons des jets de combat Soviétiques ?
Le Chargé de Mission : oui, Mr. le Président, au même endroit. Puis-je continuer ?
Le Président : Oui, bien sûr continuez..
Le Chargé de Mission : Pour protéger toutes ces informations et le fait que le Gouvernement des Etats-Unis a la preuve que notre planète est visitée par des Extraterrestres, nous avons développé au cours des années un programme très efficace pour sauvegarder les informations. Il a pour nom le "Projet Dove". C'est un ensemble complexe d'opérations de désinformation par nos agences de services secrets militaires pour désinformer le public. Comme vous le savez, Mr. le Président, nous avons certains avions hautement classifiés. Pour maintenir ce secret sur les avions, de temps en temps nous faisons en sorte que le public et la presse pensent que les ovnis sont peut-être une réalité, afin que les gens croient qu'il voit des ovnis, et que ce n'est pas notre propre avion secret, bien que nous sachions que peut-être certaines manifestations sont vraiment des ovnis. Comme je l'ai dit précédemment, c'est un peu compliqué, mais c'est une forme de contre-espionnage. Nous donnons quelques faits réels au public et nous les laissons élucubrer. Ensuite ça fonctionne tout seul. La première personne qui nous a aidés dans ce programme de désinformation, est M. George Adamski, dès le début des années 50; ensuite il y a eut toutes les productions de films sur le thème des ovnis. Ca permet aux gens de garder l'esprit ouvert, mais ça protège aussi notre avion secret de la curiosité publique. Cela concerne aussi des vaisseaux prêtés par les Ebens.
Le Président : J'ai toujours su qu'il y avait une certaine forme de coopération entre notre gouvernement et l'industrie cinématographique. J'ai entendu des rumeurs au cours des années... même à l'époque ou j'étais comédien.
Le Chargé de Mission : Bien, Mr. le Président, la première réalisation concrète était le film, "Le Jour la Terre s'est arrêté." C'était le résultat d'une entente entre l'Armée de l'air des Etats-Unis et l'industrie du cinéma.
Le Président : Ce film, "Rencontres rapprochées ..." il en a fait partie ? Je suppose qu'aucun film avec "Bonzo" n'a été impliqué. (Rires Forts.)
WM Casey : Aucun (Rires), Mr. le Président, je ne pense pas que "Bonzo" soit venu du cosmos! (rires accentués) [Ronald Reagan a incarné le Professeur Peter Boyd, dans le film sorti en Septembre 1951, "l'Heure du coucher pour Bonzo" où un chimpanzé nommé Bonzo était son partenaire. http://www.imdb.com/title/tt0043325/ ]
Le Président : Non , mais certains pourraient l'imaginer !
Le Chargé de Mission : oui, Mr. le Président, nous avons fourni le thème de base pour ce film.
Le Président : Il était basé sur un incident réel ?
WM Casey : Mr. le Président....
Le Président : OK, Bill, je connais la suite, oubliez ma question pour le moment.
WM CASEY : Bien, Chargé de Mission, continuez
Le Chargé de Mission : Merci, Mr. le Président. En 1949, le Président Truman a créé deux commissions secrètes. Ces commissions devaient se réunir confidentiellement sans jamais enregistrer leurs séances. Les commissions portaient le nom de code "Adam" et "Eve". La première commission, Adam, était chargée d'étudier la possibilité de révéler quelques informations au public quant à notre connaissance réelle des Ovnis, et au sujet des deux crashes. Les découvertes de la commission Adam sont résumées dans cette déclaration : "A cet égard, l'opinion publique doit être reconnue comme un facteur d'importance considérable, même si en étant aussi clairement affirmatif, le message pourrait avoir pour effet de placer devant les Américains une question éthique d'une valeur historique vitale, à une époque où le plein impact de la sécurité, sur cette question, n'était pas devenu évident. Si cette décision doit être prise par les Américains, elle devrait l'être en regard de la divulgation que des êtres de l'espace ont visité la Terre. Autrement dit, le public américain pourrait hésiter à croire en l'existence d'êtres de l'espace, à moins que le Gouvernement américain lui montre des preuves."C'est une citation textuelle du document confidentiel daté du 1 décembre 1949. La deuxième commission, "Eve", a travaillé sur l'utilisation éventuelle de bombes atomiques pour repousser une attaque aliène venue de l'espace. Ce qui est intéressant dans cette déclaration était la décision par le Président Truman de lancer très rapidement la production des armes atomiques qui pourraient être utilisées dans l'espace. La commission a prévu qu'il faudrait 10 ans aux Etats-Unis pour développer et rendre opérationnel un tel système. Le Président Truman voulait le développer en cinq ans. En fait, en 1959, les premiers ICBM Atlas ont eu
l'espace profond pour objectif. Les plans SIOP ont été développés pour résister à n'importe quelle invasion étrangère venant de l'espace. M. David Lilienthal, le premier président du Commissariat à l'Energie atomique, était chargé de produire un nombre suffisant d'armes atomiques pour résister à n'importe quelle menace étrangère prévue. La commission avait pour tâche de développer un système de lanceur qui pourrait envoyer 3 armes atomiques dans l'espace. Nota : ICBM = Missiles balistiques inter-continentaux. Durant les années 1948-1949, il y avait moins de 50 bombes atomiques dans notre arsenal et aucune n'avait été assemblée. Une bombe au plutonium MARK 3, comme celle larguée à Nagasaki, au Japon, a
mobilisé 39 hommes pendant plus de deux jours pour son assemblage. Les bombes étaient volumineuses et très lourdes, avec un poids de 10.000 livres, il fallait donc disposer d'un lanceur capable d'envoyer une arme aussi lourde dans l'espace. Suite aux découvertes de la commission Eve, la production d'armes atomiques fut accélérée à un rythme record. Bien sûr, ce développement a coïncidé avec le développement de l'Union soviétique. Il était facile de convaincre le public américain que notre développement était causé par le développement de l'Union soviétique. Mr. le Président, en 1964, nous étions en situation d'avoir notre toute première rencontre programmée avec les Ebens. Laissez-moi vous situer d'abord le contexte. EBE était un mécanicien, pas un scientifique. Il était toujours dans ses capacités de nous apprendre un peu de la langue Eben. Nos linguistes avaient du mal à maîtriser leur langue, parce qu'elle ne reposait pas sur un vocabulaire, mais consistait en tonalités. Cependant, nous étions capables de traduire quelques mots de base. EBE nous a montré leur dispositif de communications. C'était un dispositif d'aspect étrange qui se composait de trois parties. Une fois assemblé, le dispositif émettait des signaux, un peu comme notre Alphabet morse, mais nous avions un problème. Pendant l'incident du crash de 1947, ce système de communication a été en partie cassé. EBE était incapable de le réparer jusqu'à ce que nos scientifiques aient trouvé quelques éléments qui pourraient être utilisés en remplacement des pièces défectueuses. Une fois que le dispositif de communication fût réparé, EBE a envoyé nos messages. Nous avons dû faire confiance à E.B.E quant au contenu de ces messages. Vous pouvez imaginer ce que certains de nos commandants militaires ont alors pensé. EBE pourrait aussi bien émettre un appel de détresse qui pourrait conduire à une invasion. Mais ceci, bien sûr, n'est pas arrivé. EBE a continué à envoyer des messages jusqu'à sa mort. Mais après sa mort, nous avons du nous débrouiller. Nous avons réussi à faire marcher le dispositif. Nous avons émis plusieurs messages sur une période de six mois (1953). Mais nous n'avons reçu aucun message en retour.
Le Président : Excusez-moi, EBE avait-il reçu des messages en retour ?
Le Chargé de Mission : Pour en revenir aux messages, Mr. le Président, EBE a émis six messages. L'un pour faire savoir à sa planète d'origine qu'il était vivant et que ses camarades étaient morts, un autre pour expliquer les circonstances des deux crashes; le troisième était sa requête pour être secouru; le quatrième message suggérait une réunion entre ses leaders et nos leaders. Le dernier message a évoqué les modalités d'un programme d'échange. http://serpo.fr
WM Casey : Mr le Président, nous aborderons ça plus tard.
Le Président : (incompréhensible) ...quoi ... le programme d'échange ?
WM Casey : Oui , Mr le Président, nous pourrions y consacrer deux heures.. Le Président : Nous avions un tel programme ?
WM Casey : Puis-je vous parler en privé Mr le Président?
Le Président : Bien, oui ... que voulez-vous dire ? (incompréhensible)
WM Casey : Bien, laissez-nous mettre ça en attente et continuer le reste de ce briefing.
Le Président : OK.
Le Chargé de Mission : Mr. le Président, nous ne pensons pas qu'il l'a transmis, mais nous ne pouvions pas être entièrement certains. Cependant, nos scientifiques ont affiné leurs réglages pendant les 18 mois suivants, et ils ont finalement envoyé deux messages en 1955, lesquels
ont été reçus. Nous avons reçu une réponse. Nous avons été capables de traduire environ 30% du message reçu. Nous nous sommes adressés à plusieurs spécialistes linguistes de différentes universités et même quelques universités étrangères. Finalement, nous avons été capables de traduire l'essentiel des messages. Nous avons décidé de répondre en Anglais pour voir si les Ebens pouvaient traduire notre langue plus facilement que nous traduisions la leur.
Le Président : Que disaient les messages ? Celui que nous avons reçu des Ebens ? Aussi, je suppose qu'ils n'ont pas reçus les messages envoyés par EBE ? Ou bien celà a-t-il pris davantage de temps pour eux de répondre ? Oh, OK, EBE est mort avant que nous n'ayons obtenu ces messages, laissez tomber.
Le Chargé de Mission : Mr. le Président, le premier message que nous avons reçu était en réponse à notre envoi, et il posait des questions sur l'équipage des deux vaisseau manquants. Il y avait également une série de numéros que nous avons pensé être des sortes de coordonnées.
Le Président : Bien, donc ils ont voulu connaître les coordonnées des sites d'incidents du crash sur la Terre ? Je suis sûr qu'ils ont voulu en savoir davantage sur leurs équipages. Est-ce qu'on leur a dit qu'ils étaient tous morts sauf un ? Non, attendez; je suis sûr que EBE a du commencer par ça quand il a envoyé ses messages. Est-ce qu'EBE était un militaire ou de cette sorte ?
Le Chargé de Mission : Mr. le Président, nous croyons qu'EBE était un membre de leur armée de l'air ou peut-être quelque chose comme leur NASA.
Le Président : OK, veuillez poursuivre.
Le Chargé de Mission : Merci, Mr. le Président. Finalement nous étions capables de traduire la plupart des messages. Comme je l'ai dit, nous avons décidé de répondre en anglais. Environ quatre mois plus tard, nous avons reçu une réponse dans un Anglais maladroit. Les phrases étaient formées avec des noms et des adjectifs, mais il n'y avait aucun verbe. Il nous a fallu plusieurs mois pour parvenir à traduire le message. Nous avons alors envoyé des pages de nos cours d'Anglais vers Eben.Sans entrer dans la description technique du dispositif de communications des Ebens, ça ressemblait à un écran de télévision avec un clavier, mais le clavier générait différents caractères Eben, selon le nombre de frappes sur une touche. Nous étions capables de transposer nos mots de forme Anglaise dans la deuxième partie du dispositif, qui était semblable à notre système de télécopie. Il a fallu pas mal de temps à nos scientifiques pour perfectionner le
système, mais ça a fonctionné. Six mois plus tard, nous avons reçu un autre message en Anglais. Cette fois c'était plus clair, mais pas encore assez clair. Les Ebens confondaient plusieurs mots anglais et ils ne parvenaient toujours pas à former des phrases complètes.
Le Président : eh bien!, je suis dans le même cas (rires). Je ne peux pas simplement imaginer comment une race étrangère pourrait se représenter notre langue. Nous avons des milliers de langues différentes sur la Terre et ils en ont probablement une seule sur leur planète SERPO. C'est vraiment étonnant.
Le Chargé de Mission : oui, Mr. le Président, je ne peux pas imaginer vivre sur une planète avec une langue unique. Mais nous étions capables de leur transmettre le niveau de compétence de base afin qu'ils communiquent en anglais. Ca a pris du temps, mais ils ont
compris nos efforts. Dans un message, ils nous ont fourni une sorte d'alphabet Eben avec les lettres équivalentes en anglais. Nos linguistes ont eu beaucoup de difficultés à s'y adapter. La langue d'Eben écrite était faite de caractères simples et de symboles, mais nos linguistes eurent beaucoup de mal à comparer les deux langues écrites. Pendant les cinq années suivantes, nous avons été capables de perfectionner quelque peu notre compréhension de la langue des Eben, et les Ebens ont été capable de mieux comprendre l'anglais. Cependant, nous avions un problème majeur. En essayant de coordonner une date, le temps et l'emplacement pour l'atterrissage des Ebens sur la Terre. Bien que nous puissions essentiellement comprendre un peu d'Eben et que les Ebens pourrait comprendre un peu d'anglais, nous ne parvenions pas à comprendre leur système de temps et leur calendrier, et ils ne pouvaient pas comprendre le nôtre. Nous leur avons envoyé les explications sur la rotation de la Terre, sa révolution, notre calendrier, etc Pour quelque raison les Ebens ne sont jamais parvenus à nous comprendre sur ce point. Par retour, ils nous ont envoyé leur système, que nos scientifiques avaient du mal à comprendre parce que nous n'avions aucune référence concernant leur planète. Les Ebens ne nous avaient jamais expliqué le système astronomique de SERPO. Nous avons alors décidé de simplement leur envoyer des images montrant la Terre, des points de repère et un système de numérotage simple pour indiquer des laps de temps. Nous avions eu beaucoup de problèmes en essayant d'envoyer des images en utilisant leur système de fac-similé. Nous ne pouvions être sûr qu'ils recevaient bien ce que nous avions envoyé. Nous avons fait de nombreux essais et commis bien des erreurs. Nous avons reçu en retour quelques messages étranges des Ebens, essentiellement de grands points d'interrogation par rapport aux images que nous leur avions envoyées. Nous avons alors choisi finalement de déterminer le futur emplacement d'atterrissage par rapport au lieu de leur crash au Nouveau Mexique. Nous avions conclu qu'ils devaient connaître cet emplacement. Nous sommes sûrs que EBE a bien envoyé ce message vers sa planète d'origine avant sa mort. Nous avions retrouvé des sortes de cartes des étoiles dans les deux vaisseaux de l'espace qui s'étaient écrasés. Elles étaient difficiles à déchiffrer parce qu'elles étaient montées sur un bloc qui, nous l'avons réalisé plus tard, a percuté un panneau comportant les instruments de navigation. Une fois que le panneau a été remis en place, nous avons découvert un système stellaire. En fait, nous avons été capables d'adapter tous les tableaux retrouvés sur ce panneau, et nous avons pu voir plusieurs systèmes stellaire différents. Nos astronomes se sont ensuite attelés au déchiffrement des systèmes stellaires. Il ne leur a pas pris très longtemps pour déterminer les divers systèmes stellaires. Nous avons aussi trouvé divers points étranges indiqués sur les cartes stellaires. Nous avons conclu que ces taches figuraient les endroits où se trouvaient les tunnels de voyage spatial que EBE nous avait décrits. Nos astronomes ont comparé les différentes cartes stellaires, et ils ont constaté qu'elles n'étaient pas consécutives. Ce qui voulait dire qu'une carte stellaire représentait
une partie de l'univers et que la suivante montrait la région de l'espace qui était proche de leur système d'origine. Nos scientifiques ont conclu que les taches sur le diagramme étaient des sortes de raccourcis d'un point d'espace à un autre. Certains de nos super-astronomes ont été mis au courant du programme afin d'étudier les diagrammes. Je suis sûr qu'on leur a seulement donné le minimum d'informations dont ils avaient besoin, juste le nécessaire pour travailler.["Top astronomers": Dr Carl Sagan, 11-9-1934 - 12-20-1996 / http://www.imdb.com/name/nm0755981/ ]
Le Président : Bien, ça fait beaucoup choses à absorber. WOW, eh bien, j'ai beaucoup de questions, mais je suppose que je vais devoir attendre. J'ai une autre affaire à régler. Mais faisons une courte pause et nous y reviendrons.
WM Casey : Mr le Président, combien de temps vous reste-t-il ?
Le Président : Bill, laisse-moi vérifier (Longue pause). Je dois appeller certaines personnes pour d'autres choses. Donnez-moi environ 15 minutes. C'est bon ?
WM Casey : Oui, Mr le Président nous sommes à votre disposition.
Le Président : J'ai écouté attentivement ce briefing. J'ai beaucoup de questions qui, je le comprends, relèvent de différents niveaux de secret. Je ne veux pas mélanger ces différents niveaux. Mais je peux voir comment la bureaucratie gouvernementale existe. C'est une chose que je peux probablement changer en tant que Président ! Bill, passons au niveau suivant.
WM Casey : Mr le Président, voulez-vous que les mêmes personnes soient impliquées ? Le Président : Oui, continuons.
WM Casey: Bien, je demande au Chargé de Mission de reprendre.
Le Chargé de Mission : Merci. Quand EBE était vivant, il nous a montré deux dispositifs. Le premier était un système de communication et l'autre était un dispositif d'énergie. Le système de communication n'a pas fonctionné sans le dispositif d'énergie. Finalement, un scientifique de Los Alamos a compris les deux systèmes et il les a connectés. Après qu'EBE soit mort, nous étions capables d'envoyer des transmissions, comme je l'ai dit plus tôt. EBE a créé des liens d'amitié renforcés avec un major de l'armée de terre des Etats-Unis, qui était son tuteur. Ensemble, ils ont décidé qu'un des premiers messages d'Eben (sur les cinq envoyés) setait une proposition d'un programme d'échange entre les Ebens et notre personnel militaire. Souvenez-vous que j'ai mentionné six messages. Le sixième consistait à préciser des coordonnées d'atterrissage. Cet épisode n'a pas été clairement documenté à l'époque. Nous ne sommes pas sûrs de la chaîne exacte d'événements entre EBE et le Major. Comme je l'ai dit plus tôt, nous étions capables de finalement communiquer avec les Ebens. Pendant quelques années, nous avons pu envoyer et recevoir des informations. Nous avons finalement reçu un message ahurissant des Ebens. Ils voulaient visiter la Terre, récupérer les corps de leurs collègues et rencontrer des Terriens. Un jour, ils ont indiqué la date et le lieu. Nous supposons que les Ebens visitaient continuellement la Terre et en avaient probablement dressé la carte. Cependant, la date était environ huit années plus tard. Nos militaires ont supposé qu'il y avait une erreur et que peut-être les Ebens avaient confondu le temps terrestre avec le temps Eben.
Après une longue série de messages, il a été décidé que les Ebens se poseraient sur Terre un vendredi, le 24 avril 1964.
Le Président : Comment avons-nous pu calculer la date ?
Le Chargé de Mission : Mr le Président, ces messages sont arrivés pendant une durée de plusieurs années. À ce moment-là, nous avions une connaissance pratique à la fois des saisons l'une de l'autre, laquelle était basée sur la rotation de la Terre, qui aussi figurait dans nos périodes horaires. Nous avions une connaissance pratique de leurs jours de 40 heures. Ils étaient un peu plus intelligents que nous, étant capables de comprendre notre langue et nos périodes.
Le Président : bien, cela signifie quelque chose. Mais ... (non compris) ... de ... (non compris) ... les étrangers ??
Le Chargé de Mission : M. le Président, nous avions vraiment une compréhension basique de leur langue. Nous pouvions comprendre des mots élémentaires et des symboles. Ils ont compris davantage notre langue que nous comprenions la leur.
Le Président : Bien, que s'est-il passé ?
Le Chargé de Mission : Bien.... WM Casey: Mr le Président, c'est là ou les choses deviennent intéressantes.
Le Président : Bien, j'attends.... (incompréhensible)
Le Chargé de Mission : Notre gouvernement, spécifiquement, le MJ-12 fut réuni en secret afin de projeter l'événement. Les décisions furent prises, et changées ensuite plusieurs fois. Il nous restait à peu près 25 mois après que nous ayons finalement reçu le message avec la date, pour préparer leur arrivée. Plusieurs mois plus tard, le Président Kennedy décida d'approuver un plan d'échange d'une équipe militaire spéciale. L'US Air Force fut déléguée pour conduire l'opération. Les fonctionnaires de l'U.S. Air Force ont sélectionné des scientifiques civils pointus pour les aider dans la sélection d'équipage et la planification. Le processus de sélection des membres de l'équipe était le plus dur à accomplir. Plusieurs plans ont été suggérés et changés ensuite. Il a fallu des mois aux planificateurs pour déterminer finalement les critères de sélection pour chaque membre de l'équipe. Ils ont décidé que chaque membre serait militaire de carrière, célibataire, et sans enfant. Ils ont dû être formés dans des domaines de compétences différentes.
/WM Casey : Chargé de Mission, restons sur un plan général, je ne pense pas que le Président veuille connaître jusqu'au moindre détail.
Le Président : Bien, si j'avais le temps, je. (incompréhensible) ... mais, je le comprends. Le Chargé de Mission : Mr. le Président, une équipe de 12 hommes a été sélectionnée. Cependant, dans cet intervalle de temps, le Président Kennedy est mort. La nation a été choquée, comme vous le savez....
Le Président : Oui, chacun a été choqué. Je peux comprendre ce qui a pu arriver dans le cours du projet quand John est mort.
Le Chargé de Mission : Le Président Johnson a poursuivi le programme. Quand le moment de la rencontre est arrivé, nous étions prêts. L'atterrissage s'est produit au Nouveau Mexique. Nous avions tout fait préparer. Nous avions crée une diversion quant à l'emplacement de l'atterrissage, en cas de fuite. L'atterrissage a eu lieu et nous avons salué les Ebens. Cependant, une confusion s'est installée. Ils n'avaient pas été préparés à accepter nos personnels en échange. Tout a été placé en attente. Finalement en 1965, les Ebens se sont posés au Nevada et nous avons échangé 12 de nos hommes pour un des leurs. ["Projet SERPO" Compte rendu de rapport final: #80HQD893-020, Classifié TS/Codeword /serpo
Le Président : Un seul ? Pourquoi seulement un ?
WM Casey : Mr le Président, ça n'a pas été clairement documenté dans les rapports dont nous disposons.
Le Président : Un ... était-ce lui leur ambassadeur ?.
WM Casey : Bien, quelque chose comme çà. Nous l'avons nommé EBE 2. Nous en parlerons plus tard. Le Chargé de Mission : Mr. le Président, notre équipe de 12 est partie pour la planète Eben pendant 13 ans. La mission originale avait été prévue pour un séjour de 10 ans, cependant, à cause des périodes inhabituelles sur leur planète, l'équipe y resta trois ans supplémentaires. Huit [sept] revinrent en 1978. Deux sont morts sur la planète et deux ont décidé de rester. [NOTE : le Membre de l'équipe #308 (le Pilote d'Équipe #2) est mort d'une embolie pulmonaire en route vers SERPO pendant le voyage de 9 mois; 11 sont arrivé intacts.] http://serpo.fr/ Message #14
Le Président : Bien, c'est juste ÉTONNANT ! Je comprends, à propos de ce film. Le film a été basé sur un événement réel. J'ai vu ce film. 12 hommes sont partis, avec Richard Dreyfuss.["Rencontres rapprochées du 3ème type," 1977]
WM Casey : Oui, Mr. le Président, le film était semblable à l'événement réel, du moins la dernière partie du film.
Le Président : OK, ça fait beaucoup à digérer. Je veux en savoir sur ces hostiles. Conseiller #1: Mr. le Président, puis-je intervenir ici ?
Le Président: Bien sûr (Par tous les moyens), Conseiller #1, allez-y. Le Président: Bien sûr, Conseiller #1, allez-y.
Conseiller #1: Bien, M. le Président, l'espèce étrangère est responsable de l'enlèvement de plusieurs humains. Nous pouvons clairement prouver qu'environ 80 Américains ont été enlevés depuis environ 1955 jusqu'à présent, le dernier connu en juillet de l'année dernière [1980]. Une de nos unités spéciales des services secrets militaires garde trace de ces enlèvements. Nous leur rattachons des agents du FBI pour nous aider quand nécessaire. Nous avons l'AGENCE DE SÉCURITÉ NATIONALE et dans quelques cas, l'aide de personnels de la C.I.A.. Malheureusement, nous ne disposons pas de la technologie nécessaire pour savoir quand ces censuré enlèveront. Nous n'obtenons les informations qu'après. Nous questionnons la victime et la plaçons sous hypnose. Certaines des victimes se rappellent l'événement en entier sans hypnose, tandis que d'autres ont besoin de l'hypnose pour rapporter ce qui est arrivé. Nous n'avons pas constaté de mort directement
liée aux étrangers censuré. Mais il y a eu des morts attribuées à des enlèvements ... C'étaient des suicides. Nous avons enregistré cinq d'entre eux. Mais, M. le Président, ce sont les enlèvements dont nous avons connaissance. Nous ne savons absolument pas combien d'autres enlèvements surviennent dans ce pays ou dans le monde entier. Ces étrangers censuré. Ils semblent apparaître et disparaître, ce qui est au-delà de notre compréhension technique. Ils semblent aussi flotter en l'air et défier la gravité. NOUS AVONS LES PREUVES PHOTOGRAPHIQUES DE CE FAIT PRECIS. Un incident d'enlèvement classique a été enregistré par le personnel de service du renseignement militaire. Ca c'est passé en 1979, près d'une base militaire.
Le Président : Ou ça?
Conseiller #1 : Au Nouveau Mexique.
Le Président : Pourquoi (encore) le Nouveau Mexique? Les aliens semblent aimer cet état... Savons-nous pourquoi ?
Le Chargé de Mission : Excusez-moi, puis-je parler ?
Le Président : Oui, Chargé de Mission, allez-y ...
Le Chargé de Mission : Le Nouveau Mexique est semblable à la planète d'origine des Ebens. Puisque nous ne connaissons pas la planète d'ou les Trantaloïds viennent ...
WM Casey : Attendez ... Conseiller #4 ?
Conseiller #4 : Je pense que nous le savons. Je pense que les Ebens nous ont donné des informations. Nous connaissons le groupe d'étoiles. Il est près de notre système solaire, en termes astronomiques. Peut-être 20-25 années-lumière de distance. Ils sont en réalité plus proches de nous que les Ebens le sont. [VICTOR : le monde du censuré, des TRANTALOÏDS, est la TROISIÈME PLANÈTE de l'Epsilon d'étoiles Eridani dans la constellation Eridanus à 10.5 années-lumière de distance. Bien que plus froid et moins lumineux que notre soleil, il est très semblable. L'ami d'Hal, le Conseiller #4, se trompait sur la distance; une erreur courante étant donné la quantité volumineuse d'informations rien que sur ce sujet. - ANONYME. http://www.stellar-database.com/naming.html http://calgary.rasc.ca/constellation.htm#list ]
Le Président : Cela veut dire qu'il peuvent voyager comme les Ebens voyagent ? Je veux dire en utilisant ces trous noirs ..ou quoi que vous les appelliez ?
Conseiller #4 : Oui, Mr. le Président, ils peuvent voyager de la même façon que les Ebens. Cependant, selon les Ebens, les Trantaloïds utilisent une forme différente de propulsion. Quelque chose comme matière contre antimatière.
Le Président : Et cela veut dire ?
Conseiller #4 : Mr le Président, de la physique de base...
WM Casey : Mr le Président, voulez vous en savoir davantage sur cette physique?
Le Président : Oh, non, non, Je ne pense pas, je ne suis pas sûr de pouvoir comprendre. Conseiller #4 : J'allais juste dire que nous savons que lorsque la matière est placée à côté d'antimatière, il y a beaucoup d'énergie produite. Si on pouvait l'exploiter dans un système de propulsion, ce serait très fort ! Mais nous n'avons pas la capacité de le faire.
Le Président : Avons-nous un de leur vaisseau spatial?
Le Chargé de Mission : Oui et bien en partie, un qui s'est crashé.
Le Président : Bien, Pouvons-nous ou avons-nous la connaissance technique pour comprendre comment ils font ?
WM Casey : Non, Mr le Président, nous ne l'avons pas
. Le Président : Nous pouvons faire des bombes atomiques, aller sur Mars, et nous ne pouvons pas comprendre leur science ?
WM Casey : Conseiller #4 ?
Conseiller #4 : M. le Président, leur technologie est probablement en avance de plus de 1.000 ans sur la nôtre ... peut-être même plus. Ils ont des matériaux différents pour la faire fonctionner. Certains de leurs matériaux sont introuvables sur cette planète.
Le Président : Que voulez-vous dire, comme le fer ou les éléments ?
Conseiller #4: Oui, Mr le Président. Nous avons identifié beaucoup de métaux et d'autres choses qui n'ont pas été découverts sur cette planète. Peut-être ont-ils plus de 104 éléments ou peut-être sont-ils différents des nôtres.
Le Président : Pour les censuré, ou pour les Ebens ?
Conseiller #4: Mr. le Président, c'est la même chose pour chaque espèce, bien que les Ebens aient vraiment des éléments semblables à ceux trouvés sur la Terre. Mais les Trantaloïds n'a aucun des matériaux étranges ... rien qui ressemble à ceux qu'on trouve sur Terre. Censuré
Le Président : Des insectes, vous avez dis ça ? Conseiller #4 : Oui, vous avez une photographie? Le Chargé de Mission : Oui, attendez.
WM Casey : Ils semblent assez désagréables. Le Président : Bien, ils feraient tache..
Conseiller #4: Non Mr le Président , comme je l'ai dit, ILS PEUVENT IMITER L'APPARENCE HUMAINE.
Le Président : Comment en ce monde peuvent-ils faire ? Je suis resté pas mal de temps au maquillage avant qu'il me fassent ressembler à quelque chose dans mes films (Éclats de rires)
Conseiller #4 : Bien, M. le Président, je peux vous assurer qu'ils n'utilisent pas de maquillage, au moins pas comme nous. Ils ont la capacité de changer leurs corps. Comme je l'ai dit auparavant, ils ont 1.000 ans d'avance technologique sur nous, et probablement dans toutes les autres sciences.
Le Président : Peuvent-ils être tués ?
Conseiller #4 : Oui, ils sont faits de chair et de sang, comme nos organismes humains. Ils peuvent être tués. Mais leurs vaisseaux spatiaux sont entourés d'un champ de force. Ils peuvent être abattus, mais ça peut nous prendre du temps.
WM Casey : M. le Président, il nous faudrait utiliser une sorte de missile balistique nucléaire pour les abattre, mais en réalité nous ne l'avons pas encore fait. Nous avons expérimenté au Nevada sur le vaisseau que nous leur avons capturé
.Le Président : Mon Dieu, j'espère que nous n'avons pas utilisé de missiles atomiques. Que cela signifie-t-il ?! Je dois donner cet ordre !.
Conseiller #1 : Excusez-moi, M. le Président, non, nous n'avons pas utilisé de missiles nucléaires pour abattre n'importe quel engin alien volant. Je pense que le Conseiller #4 et le Directeur veulent dire que si nous avions dû en abattre un, par exemple ... si un groupe d'entre eux nous avait attaqués.
Le Président : Est-ce probable?
Conseiller #1: Non, je ne le pense pas. Le Président : Pouvons-nous intercepter leurs transmissions radio ? Connaissons-nous leur langue ?
Conseiller #1 : Nous connaissons ou nous pouvons reconnaître leur langue, qui est entièrement différente de celle des Ebens. Ils utilisent un système de radio à très haute bande. Mais ils ont des fréquences différentes et c'est difficile pour l'AGENCE DE SÉCURITÉ NATIONALE de les suivre à la trace.
Le Président : Peut-être nous devrions appeler le Capitaine Kirk ?! (Eclats de rire) Oh, un peu d'humour, c'est toujours appréciable dans n'importe quelle situation! (Rire fort) Conseiller #1 : bien, M. le Président, j'appellerai Scotty! (Plus de rires) Le Président : Ouais, peut-être que [Gene] Roddenberry en sait quelquechose !
Conseiller #1 : Notre potentiel de défense aérien est le mieux préparé comme nous pouvons l'être contre une forme d'attaque par ce groupe.
Le Président : Comment faisons-nous ça ? Je veux dire, nos pilotes. Savent-ils?
Conseiller #1: Pas exactement. Mais nous avons un système pour couvrir toute menace. Le Président : Un plan de guerre?
Conseiller #1: Comme j'ai dit plus tôt, oui, M. le Président, nous avons vraiment des plans de guerre pour contrer un tel événement ou un possible événement.
Le Président : OK. Bien, je pense que c'est assez pour aujourd'hui. Bill, organisez quelquechose pour demain, afin que nous en finissions avec ça.
WM Casey : Bien, Mr. le Président. Je viendrai avec le Conseiller #2 et Michel [Deaver]. Le Président : je veux remercier chacun pour ce briefing très minutieux. J'ai été instruit au-delà de ce que vous pouvez imaginer. Je n'aurai pas la même attitude la prochaine fois que je lèverai les yeux vers le ciel. FIN DE BANDE.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir