Banlin.fr

frzh-CNnlendeelitjaptrues

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99 | 100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124 | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170

Previous ◁ | ▷ Next

Arthur C Clarke auteur de 2001 l'odyssée de l'espace avait récidivé avec RAMA, rendez vous avec RAMA et RAMA révélé.

RAMA est un vaisseau spatial extraterrestre, d'abord classé en astéroide (tiens... ça ne vous rappelle rien ?) qui, vu sa vitesse 1/3 de C est difficile a accéder, le rare contact est soumis aux lois de retour...rama2

Rama est un cylindre parfait, de type cylindre O'Neill, d'environ 50 km de longueur et 20 km de diamètre, d'un « gris triste et terne », ressemblant « assez drôlement à n'importe quel chauffe-eau électrique. »

La trajectoire des premières caméras de reconnaissances permettent de déterminer rapidement que la masse du cylindre (d'au moins « dix millions de millions de tonnes ») est trop faible pour que ce dernier soit plein.

Sur la face extérieure nord, trois pylônes d'environ 10 m d'épaisseur en forme de triangle équilatéral autour du point central de cette face permettent au vaisseau de s'amarrer lors du rendez-vous. La trajectoire de Rama croise le système solaire. D'abord hors du système, le vaisseau s'approche rapidement du Soleil.

L'intérieur de Rama est divisé en deux portions : les hémicylindres nord et sud, séparés par la mer cylindrique, une étendue d'eau qui couvre toute la circonférence sur environ 10 km de large. Aux deux extrémités se trouvent des demi-sphères, appelées hémisphères nord et sud. L'hémisphère sud, à l'opposé d'où se pose le vaisseau, possède un pic qui suit l'axe sur plusieurs kilomètres, entouré de six plus petits pics. Dans l'hémisphère nord, trois escaliers, baptisés Alpha, Bêta et Gamma par les premiers explorateurs, sont espacés de 120° et permettent de passer du moyeu central, où la gravité est nulle, à la surface de l'hémicylindre nord, où la gravité atteint environ le tiers de la gravité terrestre, en raison de la rotation rapide du cylindre (d'environ un tour toutes les quatre minutes).rama1

Au cœur de la mer cylindrique se trouve une île ovale d'environ 10 km de long par 3 km de large, baptisée New York. Six autres « villes » se trouvent dans Rama : Paris, Londres, Rome et Moscou dans l'hémicylindre nord, et Pékin et Tokyo dans l'autre. Six « soleils » linéaires, disposés symétriquement sur le pourtour de la paroi interne, permettent d'éclairer l'ensemble du cylindre. Chaque « soleil » est en fait une longue tranchée qui éclaire la plaine du côté opposé.

Extrait de RAMA: Le commandant Norton se rappelait ces premières transmissions télévisées, qu'il avait tant de fois visionnées depuis, des dernières minutes du rendez-vous. Mais ce que l'image électronique n'avait pas été capable de communiquer, c'étaient les dimensions écrasantes de Rama.
Il n'avait jamais connu une telle impression en débarquant sur des corps célestes naturels comme la Lune ou Mars. C'étaient des mondes, grands comme des mondes : on n'était pas surpris. Il avait aussi débarqué sur Jupiter VIII qui, bien que légèrement plus important que Rama, lui avait semblé bien petit.
Le paradoxe était facile à démontrer. Son jugement était affecté par le fait que ceci était un artefact, des millions de fois plus lourd que tout ce que l'homme avait pu placer dans l'espace. La masse de Rama était d'au moins dix millions de millions de tonnes; à tout astronaute, cette pensée n'inspirait pas seulement le respect, mais la terreur. Il était donc normal, à mesure que ce cylindre de métal antique et façonné emplissait une portion croissante du ciel, que l'homme ressentît parfois son insignifiance, et même son abaisse­ment.
S'y mêlait une intuition totalement nouvelle pour lui : le danger. Lors de tous les débarquements précédents, il avait su à quoi s'en tenir; l'accident y avait toujours été possible, mais la surprise, jamais. Avec Rama, la seule certitude était la surprise.
L'Endeavour flottait à moins de mille mètres au-dessus du pôle nord du cylindre, très précisément dans l'axe du disque qui tour­nait lentement. Cette extrémité avait été choisie parce que éclairée par le soleil; la rotation de Rama faisait que les ombres des courtes formes énigmatiques proches de son axe balayaient constamment la plaine de métal. La face nord de Rama était un gigantesque cadran solaire qui, toutes les quatre minutes, mesurait le bref pas­sage d'un jour entier.
Poser un vaisseau spatial de mille tonnes au centre d'un disque tournant était le dernier souci du commandant Norton.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir